Net recul du CA de Baker Hughes en 2020

Le 17/02/2021 à 13:00  

L’activité Turbomachinery and Process Solutions enregistre toutefois une hausse de 3 % sur l’année.

L’américain Baker Hughes, spécialisé dans les solutions et les services en pétrole et gaz, vient de clore son exercice fiscal 2020 sur un recul de 13,1 % de son chiffre d’affaires par rapport à 2019, à 20,705 milliards de dollars américains, et sur des pertes nettes attribuées à la société de 9,940 milliard de dollars – contre des bénéfices nets de 128 millions de dollars lors de l’exercice précédent.

L’activité Turbomachinery and Process Solutions a enregistré une hausse de 3 %, à 5,705 milliards de dollars, mais les trois autres activités ont vu leur chiffre d’affaires reculer de 3 % (Oilfield Equipment ; 2,844 milliards de dollars), de 19 % (Digital Solutions ; 2,015 milliard de dollars) et de 21 % (Oilfield Services ; 10,140 milliards de dollars).

[pubs placement="middle" emplacement="post-single"][pubs placement="middle" emplacement="post-single"]

« Nous sommes satisfaits de nos résultats du 4e trimestre et de l'exercice annuel, tout en naviguant sur les impacts de la pandémie mondiale et du ralentissement de l'industrie. Malgré une année incroyablement difficile pour l'industrie en 2020, nous avons franchi plusieurs étapes importantes pour accélérer notre stratégie et investir dans les technologies de transition énergétique, contribuant ainsi à positionner l'entreprise pour l'avenir », indique Lorenzo Simonelli (voir photographie), président et CEO de Baker Hughes.

« Alors que nous nous tournons vers 2021, nous sommes prudemment optimistes quant au fait que l'économie mondiale et la demande de pétrole commenceront à se remettre de l'impact de la pandémie mondiale. Cet environnement macro-économique se traduira probablement par un environnement d'investissement tiède pour le pétrole et le gaz au cours du 1er semestre 2021. Nous prévoyons toutefois que les niveaux de dépenses et d'activité s'accéléreront tout au long de l'année à mesure que l'environnement macro-économique s'améliorera, ce qui renforcera probablement l'industrie croissance en 2022 », poursuit-il.

[pubs placement="end" emplacement="post-single"]

[pubs placement="end" emplacement="post-single"]

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap