Une plate-forme certifiable pour les applications critiques

Le 03/10/2011 à 10:06  

La réunion de création du consortium DDASCA s’est tenue en juin dernier. Industriels et académiques membres de l’association se sont réparti les tâches et ont fixé un calendrier pour leurs travaux. L’objectif : proposer une plate-forme matérielle et logicielle ouverte et facilement certifiable quel que soit le secteur.

 

La sécurité des systèmes critiques est plus que jamais un sujet d’actualité. Il suffit pour s’en convaincre de voir le nombre de sociétés à avoir rejoint le consortium DDASCA, l’association pour la recherche, la promotion et le développement des architectures distribuées pour applications critiques. Initié par B&R Automation, Arion Entreprise et l’ENSTA ParisTech, le projet compte aujourd’hui de nombreux industriels des automatismes, du process, de l’énergie et des transports. Parmi eux, des fournisseurs de solutions comme Altera France, Altis, CS, ClearSy, DMAP, HPC Project, Nexeya, RTaW, Scaleo chip, Scilab Enterprises, Tronico ou Wind River, des académiques (ENS Cachan, ENS ULM, ENSAM et INRIA), des utilisateurs (SNCF, Alstom Power, EDF R&D, Nexter, EADS, Eurocopter, Siemens ou Thales Transportation), une agence nationale (le CNES) et l’organisme de standardisation EPSG (Ethernet Powerlink Standardization Group). « Tous ces industriels se sentent pleinement concernés par les problèmes de certification des systèmes basés sur des architectures multicœurs, lance Bruno Monsuez, responsable de l’unité Electronique-informatique de l’ENSTA ParisTech et secrétaire de l’association DDASCA. Il faut dire qu’à l’heure actuelle, il est impossible de certifier une application de sécurité SIL3 ou SIL4 qui s’exécute sur un ou plusieurs processeurs multicœurs. Notre objectif est donc de proposer des plates-formes parfaitement déterministes, ainsi que tous les outils logiciels nécessaires à la création des applications et à leur certification. »


Un projet ambitieux
La réunion de démarrage a été l’occasion d’établir le planning du projet, prévu pour courir sur cinq ans. D’un point de vue matériel, on souhaite fournir une structure d’accueil composée notamment de calculateurs modulaires basés sur des cœurs RISC Nios2 SC d’Altera. Concernant la partie logicielle, il s’agit de créer une plate-forme de génération d’applications sous la forme de briques standard et interopérables, à la fois compatibles avec les ateliers logiciels existants et facilement intégrables dans un processus de certification (jusqu’à SIL4). Parmi ces briques de base, on trouvera un hyperviseur (basé sur une technologie Wind River), une base de données distribuée (développée par Arion Entreprise), des machines virtuelles, des mécanismes de time partitioning (de RTaW), des outils de parallélisation d’applications (de HPC-Project) ainsi qu’une interface de programmation basée sur Open Safety, le protocole de sécurité régi par l’EPSG.
Pour vérifier l’efficacité des solutions retenues au fur et à mesure de l’avancement du projet, il est d’ores et déjà prévu de construire trois démonstrateurs. Seront donc développés dans le cadre de DDASCA : un poste d’aiguillage pour la SNCF, un système de régulation d’un générateur de vapeur pour EDF R&D et un système de guidage/navigation d’un lanceur pour le CNES. « Grâce à ces trois démonstrateurs, nous serons en mesure de prouver que les briques génériques DDASCA peuvent satisfaire des besoins très différents en termes de temps de cycles, de disponibilité ou de puissance de calcul, commente Stéphane Potier, directeur des ventes et du marketing chez B&R Automation. Nous avons choisi volontairement trois secteurs très différents les uns des autres, de manière à ce que les briques certifiables que nous proposerons répondent aux exigences des différentes normes. Mais pour ce faire, nous savons qu’un long travail de lobbying auprès des organismes de certification nous attend. A ce propos, nous espérons que des comités de normalisation intégreront bientôt le consortium DDASCA afin de participer plus directement aux travaux. »
Frédéric Parisot

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap