Remise en forme pour le contrôleur de process

Le 09/11/2005 à 0:00  

Dans l’univers des systèmes de contrôle de process, les innovations se font plutôt rares. Le PKS R300 de Honeywell en est réellement une. Cette nouvelle plate-forme matérielle comporte notamment une protection contre les attaques via Internet (un pare-feu spécifique “contrôle de process” est intégré), évitant les ruptures de service. Elle dispose aussi d’un logiciel de sauvegarde et de remise en route automatiques, « une fonctionnalité qui n’est proposée chez aucun de nos concurrents », affirme Honeywell. La restauration complète du système prend moins d’une heure, alors que les procédures manuelles peuvent prendre plusieurs jours.
La nouveauté la plus visible, c’est sans doute les entrées/sorties redondantes Series 7, conçues pour faciliter le câblage et la maintenance mais aussi et surtout pour économiser de la place : celles-ci sont compactes (de 5 à 75 % par rapport à ce qui se fait sur le marché) et leur montage vertical permet de gagner un tiers de la surface au sol (le m2 coûte cher…). Une fois montés, les modules sont inclinés de 18°, histoire de faciliter la circulation d’air dans l’armoire et d’éviter que la chaleur dégagée par un module ne serve à chauffer son voisin.
Sur le plan de l’architecture, on remarquera que le R300 n’a pas de fond de panier. Un peu comme chez Foxboro et ce qui se prépare dans l’instrumentation avec l’arrivée prochaine du LXI, les contrôleurs C300 sont interconnectés via un réseau Ethernet. Le modules d’entrées/sorties sont quant à eux connectés sur un réseau d’E/S spécialisé. Chaque contrôleur a deux ports d’E/S et peut piloter jusqu’à 64 modules d’E/S (de 16 ou 32 voies chacun), pour un total de 2 048 canaux d’entrées/sorties. Il n’y a pas de limite sur le nombre de contrôleurs.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap