Un automate pour des applications GTB décentralisées

Le 12/07/2011 à 9:35  

B.tib propose l’automate IOS30P de Tridium. Principale particularité de  ce produit destiné aux professionnels du bâtiment : un environnement de développement  qui facilite la création d’architectures distribuées.

Relativement peu connu en France, le groupe Tridium couvre à lui seul près de la moitié du marché américain des automates pour la gestion technique de bâtiments (GTB). Sa gamme phare s’articule autour des automates multi protocole Jace et du logiciel NiagaraAX, un environnement de développement unique permettant de réaliser à la fois la partie contrôle et la partie supervision. Pour Teddy Caroni, responsable commercial et marketing chez B.tib, « ces produits répondent à une vraie demande, car aujourd’hui, les professionnels du bâtiment ont sans cesse besoin de faire communiquer des équipements totalement différents. Grâce à NiagaraAX et à son haut niveau d’abstraction,  il est facile de relier une centrale de traitement d’air utilisant BacNet à des capteurs de température en Modbus, par exemple. »
Avec l’IOS30P et ses bibliothèques de fonctions Sedona, Tridium propose un automate spécialement conçu pour faciliter la construction d’architectures distribuées. Car si le produit peut fonctionner seul, c’est lorsque plusieurs IOS30P sont associés à un automate Jace que les gains sont les plus significatifs. Pour cela, il suffit d’ouvrir un programme dans l’environnement de développement,  d’y insérer les automates IOS30P, puis de répartir les différentes fonctions par de simples “glisser-déposer”.
Principal intérêt de distribuer ainsi l’architecture : même dans le cas d’une coupure des communications, l’exploitant pourra piloter localement certains équipements critiques, comme la ventilation ou le système de contrôle d’accès.
Utilisable comme serveur d’entrées/sorties
L’autre intérêt de cet automate est d’offrir presque les mêmes fonctionnalités que son grand frère Jace pour un prix beaucoup moins élevé. « Notre ambition  est d’adresser autant les intégrateurs que les fabricants de machines, poursuit Teddy Caroni. Les premiers pourront l’utiliser comme automate à part entière ou comme serveur d’entrées/sorties local ou distant, et ils n’auront pas à se former à un nouveau langage s’ils connaissent déjà les automates Tridium. Les seconds pourront employer l’IOS30P pour offrir à leurs équipements une connectivité supplémentaire à moindre frais (grâce aux nombreux protocoles supportés)  ou pour ajouter des fonctions d’accès distant (l’utilisateur peut facilement afficher et modifier les variables  de l’automate). »
Frédéric Parisot