Le secteur industriel peut réduire de 15% sa consommation électrique

Le 01/09/2015 à 14:44  

Selon une récente étude réalisée par la division Financial Services de Siemens (SFS) auprès des 20 principaux fabricants mondiaux d’équipements industriels, d’importantes économies d’électricité pourraient être réalisées dans le secteur industriel à travers le monde. Au niveau des pays pris en compte dans cette enquête, il ressort qu'en France, le secteur industriel pourrait économiser 15,1% de sa consommation électrique si des équipements plus économes en énergie étaient déployés, selon SFS. C'est moins que le potentiel d'économie aux États-Unis (15,3 %), en Chine (17,2 %) ou en Russie (19,1 %) mais davantage qu'en Allemagne (14,5 %), en Espagne (14,2 %) et au Royaume-Uni (14,2 %).

Le coût de l'électricité est d'autant plus pénalisant pour les entreprises industrielles qu'au cours des 40 dernières années, la consommation d’électricité de l’industrie (hors sidérurgie) a augmenté de moitié, alors que les prix moyens de l’électricité pour les entreprises industrielles ont augmenté de +1,4% en moyenne entre 2000 et 2013 (+5,2% en 2013).

« L’investissement dans des technologies économes en électricité ne contribue pas seulement à la réduction des dépenses en énergie, des coûts de fabrication et des émissions de carbone », explique Thierry Fautré, président de la division Financial Services de Siemens France. « Ces nouveaux équipements génèrent également bien souvent des gains en matière de productivité et de capacité de production, contribuant ainsi à l’accroissement du rendement et de la compétitivité des entreprises. »

Reste que le coût d'investissement pour ces équipements économes en énergie s'avère souvent un frein au déploiement de telles solutions. C'est pourquoi SFS prône des techniques de financement d’actifs telles que la location ou le crédit-bail qui sont à la fois efficaces et abordables. Elles peuvent par exemple être conçues de manière à ce que le coût mensuel des nouveaux équipements soit amorti par les économies d’énergie générées. C'est ce que SFS appelle un financement de type « pay-as-you-save ».