ADLink et Senseye composent une solution de maintenance prédictive prête à l’emploi

Le 22/04/2021 à 11:38  

Les équipements edge computing du premier, associés au logiciel PdM du second, simplifient la mise en œuvre d’une maintenance prévisionnelle, avec un retour sur investissement (ROI) garanti.

Le taïwanais ADLink Technology, fournisseur de solutions informatiques pour la périphérie de réseaux (edge computing), dispose désormais du statut de partenaire Senseye Ready, suite à l’entrée de son offre matérielle dans l’écosystème de produits compatibles avec le logiciel de maintenance prédictive PdM, développé par l’éditeur britannique Senseye.

Associées à PdM, les plates-formes Edge AI d’ADLink Technology constituent ainsi une solution de maintenance prédictive edge-to-cloud prête à l’emploi, dont la mise en œuvre ne requiert, selon les deux partenaires, qu’une simple configuration initiale, une phase d’apprentissage de seulement cinq jours et moins d’une heure de formation à l’application de Senseye.

Les équipements durcis d’ADLink Technology dédiés à la surveillance de l’état des machines, réalisent l’agrégation des données de performance recueillies par de multiples capteurs. Ils transmettent ces informations en temps réel au logiciel de Senseye, basé dans le cloud, à des fins d’analyse et d’historisation pour identifier toute mesure inhabituelle.

« Nos offres supportent l’acquisition et l’analyse de données issues d’une grande diversité d’actifs de production, ce qui permet d’effectuer de la maintenance prédictive au travers de différentes installations et usines, et de réduire les pertes dues aux temps d’arrêt », explique Daniel Collins, responsable des solutions IoT chez ADLink Technology.

Ce sont 40 % des coûts de maintenance qui peuvent être ainsi épargnés, d’après l’estimation fournie par les partenaires Senseye Ready. Parallèlement à cet écosystème, l’éditeur britannique a également lancé l’initiative Senseye ROI Lock, en partenariat avec le réassureur Scor, proposant de rembourser le client si l’économie, qui résulte des temps d’arrêt évités, n’excède pas le prix de l’abonnement annuel à PdM.