Des données “pertinentes” noyées dans la masse ? Un logiciel aide à les trouver

Le 02/10/2006 à 0:00  

Aujourd’hui, souvent, le problème n’est pas d’obtenir des données, mais de trouver celles qui sont pertinentes. Spotfire propose un logiciel pour ça, “plus facile à utiliser qu’Excel”.
Création en 1996 en Suède, 185 personnes, 35 M$ de chiffre d’affaires : Spotfire reste une société de taille modeste. Mais elle s’est construit une belle notoriété dans certains milieux : elle compte en effet plus de 25 000 utilisateurs au sein d’un millier de sociétés dans l’industrie (les industries pharmaceutiques, pétrolières et du semi-conducteur, notamment), la finance, le grand public et les universités. De passage à Paris, Christopher Ahlberg, fondateur et directeur exécutif, nous a rappelé son objectif : « Notre métier, c’est le “Business Analytics”, qui consiste à proposer des outils permettant aux opérationnels (techniciens, ingénieurs, chercheurs, universitaires, traders, etc.) d’analyser, comprendre et expliquer les données liées à leurs activités ». Souvent, ce type d’outil fait appel à des théories mathématiques complexes et il a longtemps été réservé à des spécialistes du “data mining” et de l’informatique. Depuis, il s’est démocratisé, au point de devenir dans certains cas une “simple” boîte noire (c’est le cas de celui proposé par le Français Pertinence Data). Pour son DecisionSite (qui en est à la version 8.20), Spotfire a choisi une voie originale : « Il s’agit d’un logiciel très convivial qui offre un mode de fonctionnement interactif et dynamique permettant à l’opérationnel de sélectionner des données qui l’intéressent et de voir immédiatement sous forme de graphiques et de tableaux de données comment se situent les autres données par rapport à ces données sélectionnées. Il s’agit de traduire les données en actions et non d’utiliser des données à des fins simplement informatives, explique M. Ahlberg. L’outil fonctionne sur un simple PC, il est dynamique et interactif ».
Une des clés de l’interactivité du logiciel est la présence dans les fenêtres de curseurs qui ressemblent aux barres d’ascenseurs popularisées par Windows mais qui sont en fait des potentiomètres virtuels : en déplaçant le curseur, on modifie la valeur du paramètre auquel on s’intéresse et on voit immédiatement, dans les autres fenêtres (jusqu’à 7) comment se comportent les autres données. Contrairement aux logiciels de traitements statistiques, il est possible de travailler sans avoir d’a priori. Toutes les hypothèses peuvent être envisagées, les résultats des interactions entre les données sont immédiatement visualisés.
Les données “alimentant” DecisionSite peuvent venir des bases de données les plus diverses, des logiciels de traitement statistiques ou de tableurs Excel. Les résultats peuvent être exportés vers d’autres logiciels, notamment Excel, PowerPoint ou Word.
Les applications les plus importantes ont été jusqu’ici réalisées dans les industries pharmaceutiques (85 % en sont équipées) et du semi-conducteur. Accompagnant M. Ahlberg lors de sa visite à Paris, Olivier Mougenot, directeur du département Test et Product Engineering pour la téléphone cellulaire de Texas Instruments, apporte un témoignage intéressant : « DecisionSite est facile à prendre en mains, une journée suffit ! Nous l’utilisons pour décortiquer les nombreuses données obtenues lors de la production de nos composants Wireless (depuis la puce jusqu’à la mise en boîtier) afin de voir si des modifications permettraient d’améliorer les rendements de fabrication. Nous rapprochons ces données avec celles obtenues lors des simulations et essais effectuées par les services R&D et trouvons ainsi des solutions à apporter ».
Une licence DecisionSite coûte environ 3 000 euros par an.

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap