La tablette PC se commande au doigt et au stylet

Le 21/12/2010 à 0:00  

La tablette PC J3500 de Motion Computing a été conçue pour une utilisation en extérieur ou à bord d’un véhicule. Par sa robustesse, elle peut répondre à tous les besoins des professionnels nomades. Elle se distingue surtout de ses concurrents par une interface de saisie inédite qui conjugue dalle tactile et stylet électromagnétique.

Depuis sa création en 2001, Motion Computing s’est entièrement consacrée au marché des tablettes PC. Mais ne vous fiez pas à son jeune âge : avec le modèle J3500, la société américaine en est à sa 11e génération de tablettes. Son catalogue est déjà bien étoffé, puisqu’il comprend une gamme de tablettes médicalisées (nettoyables avec des produits désinfectants) et des produits destinés aux marchés de l’automobile (contrôles en cours de production et gestion des parcs de véhicules), de l’expertise (assureurs, élec-triciens, etc.) et de la construction (inspection et suivi de chantiers).
Avec le modèle J3500, le constructeur adresse cette fois le marché des agents d’intervention, agents de maintenance et autres professionnels nomades. Pouvant être utilisée à bout de bras, sanglée avec un harnais, montée sur pied ou embarquée dans un véhicule, cette tablette répond aux exigences du nouveau standard militaire MIL-STD-810G. Un argument que peu de constructeurs peuvent aujourd’hui mettre en avant. Certes, elle n’atteint pas les niveaux de durcissement des autres modèles prévus pour une utilisation sur les chantiers (la J3500, du fait de son refroidissement par ventilation, présente un indice d’étanchéité IP52), mais elle dispose tout de même d’une dalle en verre blindé. Mieux, elle peut être équipée sur demande d’un disque dur SSD, beaucoup plus résistant aux chocs et vibrations qu’un disque dur classique. Et surtout, avec ses processeurs Intel Core i5 et i7 et ses 4 Go de mémoire Ram, la tablette de Motion Computing affiche des performances de premier ordre qui la placent au niveau des PC portables les plus récents.
Faciliter la saisie en toutes circonstances
L’ergonomie a été la principale préoccupation des développeurs de la J3500, et cela se ressent dès la première prise en main. D’un point de vue matériel, d’abord, car la tablette PC est équipée de deux interfaces pour la saisie. La dalle tactile (technologie capacitive avec gestion du multitouch) est associée à une interface pour stylet électromagnétique. Cette dernière s’active automatiquement lorsque le stylet est à portée. Une option qui s’avère réellement pratique à l’usage. David Pronier, directeur France de Motion Computing, explique que « l’utilisateur peut se servir du stylet dès qu’il a besoin de plus de précision. Il le choisira aussi s’il porte des gants (la technologie capacitive étant incompatible avec les gants), et surtout s’il veut tracer des schémas. En effet, le stylet autorise le tracé de lignes continues, contrairement à la dalle tactile. »
L’aspect logiciel de l’interface n’a pas non plus été négligé. Le constructeur a développé en interne ses propres claviers virtuels. Ceux-ci viennent en complément de fonctions déjà intégrées à Windows 7 : la fonction Ink (écriture manuscrite) et la reconnaissance de caractère. Deux fonctions qui, lorsqu’elles sont associées, évitent à l’utilisateur d’avoir à retranscrire toutes ses notes en fin de journée.
« A tout cela s’ajoute un important travail pour apporter de l’intelligence à la dalle tactile, poursuit David Pronier. En effet, nous nous sommes aperçus que lorsqu’on utilise une tablette en position debout, la paume de la main est systématiquement en contact avec l’écran de la tablette. Aussi, pour éviter toute mauvaise manipulation nous avons fait en sorte que la dalle tactile fasse la différence entre les doigts et la paume de la main. »
Bien entendu, tous les efforts déployés pour l’interface auraient été vains si la tablette devenait illisible dans une utilisation en extérieur. C’est pourquoi son écran de 12,1 pouces est équipé d’un rétroéclairage par Led et d’une dalle à technologie transmittive avec traitement antireflet.
Frédéric Parisot

 

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap