Le MES accède à la visualisation 3D

Le 08/02/2010 à 12:30  

Intercim lance deux nouveaux modules pour son logiciel Pertinence Suite Powered by Velocity, issus de son partenariat avec Dassault Systems. Grâce à eux, la 3D accède aux postes de travail et aux PC des responsables de production. De plus, la continuité entre les bureaux d’études et les ateliers est assurée. Ce qui se révèle particulièrement utile dans le cas de productions multisite.

Nous l’avions annoncé lors de la signature du partenariat avec Dassault Systems : l’intégration de la 3D pourra apporter de nombreuses fonctionnalités au logiciel MES d’Intercim. Ces nouvelles fonctions deviennent aujourd’hui une réalité puisque l’éditeur américain lance deux nouveaux modules. Le premier, baptisé Digital Work Instruction Player, apporte aux opérateurs une vue en trois dimensions des opérations à effectuer. Au lieu de disposer de gammes opératoires sous forme d’instructions textuelles, éventuellement accompagnées de photos ou de schémas, ils peuvent désormais suivre l’avancement de leurs fabrications sur un modèle numérique en 3D. « Cela marque une vraie rupture en matière d’ergonomie, assure Yann d’Aramon, directeur des opérations chez Intercim. Grâce aux liens avec les fichiers CAO des pièces, les gammes d’assemblage sont beaucoup plus réalistes. Elles sont aussi plus compréhensibles. En effet, la visualisation en 3D d’une gamme d’assemblage sera toujours comprise exactement de la même manière, même si le constructeur décide un jour de délocaliser une production. Par ailleurs, l’opérateur peut choisir d’afficher ou de masquer certains éléments d’un assemblage afin d’en faciliter la compréhension. Mais surtout, il peut constater en temps réel l’état d’avancement de son travail. »
Des assemblages en 3D et en temps réel
Cet aspect de mise à jour en temps réel est rendu possible par le second module : Unit Live Collaboration. Ce dernier coordonne les échanges entre les logiciels de conception utilisés par les ingénieurs des bureaux d’études et Pertinence Suite Powered by Velocity (l’offre MES d’Intercim). Ainsi, qu’il s’agisse d’opérations de fabrication ou d’assemblage, le module génère une maquette numérique du produit final et la met en relation avec les résultats de production fournis par le MES. Opérateurs et responsables de production disposent ainsi d’une vue toujours actualisée. Avec la possibilité, pour les responsables de production, de suivre l’avancement d’un produit dont la fabrication est répartie entre plusieurs sites. Une fonction très utile dans le cas d’assemblages complexes, comme dans l’industrie aéronautique, par exemple. « Avec Unit Live Collaboration, les constructeurs d’avions peuvent à tout moment inspecter virtuellement un appareil en cours de construction, même si physiquement les pièces sont situées dans différents pays, poursuit Yann d’Aramon. Cela répond à une exigence actuelle, car les constructeurs aéronautiques font aujourd’hui de plus en plus appel à la sous-traitance.»
Enfin, grâce aux fonctions d’optimisation avancées de la suite logicielle (issues du rachat du français Pertinence), il sera possible de vérifier la faisabilité des assemblages. La suite MES d’Intercim étant capable de prévoir les éventuelles dérives sur des assemblages (grâce à des algorithmes mathématiques complexes), les responsables seront avertis lorsque les cotes des pièces produites ne permettent pas d’effectuer le montage final. Cela évite les surprises de dernière minute, qui sont d’autant plus fâcheuses lorsque les pièces ne sont pas assemblées sur leur lieu de fabrication.
Prochaine étape pour l’incursion de la 3D dans le logiciel MES :l’intégration des outils d’usine numérique de Dassault Systèmes. On ne se contentera plus de suivre une production multisite, mais on aura désormais une vue réaliste (et en temps réel) des activités réalisées dans chaque usine.

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap