Passerelles pour l’IIoT: un marché à fort potentiel de croissance

Le 11/05/2017 à 13:04  

Dans sa récente étude du marché mondial des passerelles pour l’Internet des objets industriel (IIoT), le cabinet d’analyse Technavio prévoit un taux de croissance annuel moyen de près de 15 % de 2017 à 2021, estimant que le revenu généré à la fin de cette période devrait alors s’élever à 1,39 milliard de dollars. Pour délimiter le spectre des équipements étudiés, le rapport entend par passerelle pour l’IIoT, toute plate-forme de commutation sécurisée qui agrège, filtre et traite les données issues de capteurs. Le marché est également segmenté en fonction des trois principaux types d’applications que sont le contrôle à distance, la maintenance préventive et l’optimisation des produits.

Parmi les moteurs de croissance identifiés, il ressort en premier lieu que la demande accrue en passerelles découle de la multiplication du nombre d’objets connectés et de la génération de volumes de données toujours plus importants. Un second facteur résulte du contexte de forte concurrence, où les industriels investissent dans l’IIoT en tablant sur la réduction de leurs coûts, l’amélioration de la qualité et la différenciation de leurs produits. Enfin, les avancées technologiques en termes de miniaturisation, de performances ou de connectivité, représentent un troisième levier de croissance en favorisant l’adoption à grande échelle de passerelles plus variées et plus abordables.

En ce qui concerne les fournisseurs, le marché se caractérisait jusqu’à présent par une faible concentration des acteurs, mais le fort potentiel de croissance devrait attirer de nouveaux entrants. Technavio souligne à ce sujet qu’un des défis futurs à relever concernera l’interopérabilité des équipements et le partage de bonnes pratiques de sécurité. Au niveau géographique, la région des Amériques occupait la plus grande part de marché en 2016 et devrait rester en tête dans les années à venir. Une première place expliquée par les infrastructures évoluées de réseaux mobiles et l’utilisation accrue du cloud.