Un PC ultra-mobile mais ultra-durci aussi

Le 19/01/2009 à 11:36  

Avec le SwitchBack, Beltronic invente une nouvelle catégorie de PC industriels : les UMPC durcis. Ce produit transportable et très robuste peut être utilisé partout et par tous les temps. Il bénéficie également d’autres innovations : l’intégration d’un FPGA, qui lui ouvre les portes des applications temps réel, et un système de modules personnalisables pour l’ajout de fonctions ou de ports de communication.
Le SwitchBack n’appartient à aucun format courant de PC industriels. Et pour cause : il est le premier de son genre à proposer des fonctions à mi-chemin entre un PC portable et un PDA durci. Sur le marché grand public, on les appelle UMPC (Ultra Mobile PC). Mais l’appareil proposé par Beltronic va beaucoup plus loin que ses cousins grand public puisqu’il s’agit d’un produit réellement industriel. Toute son architecture est pensée pour renforcer sa robustesse. Ainsi, avec un indice de protection IP67, il est entièrement étanche et peut endurer des immersions prolongées. De plus, il supporte des températures allant de - 30 à + 75 °C et résiste aux chutes jusqu’à 1,3 m sur béton. Même l’écran est adapté à une utilisation intensive : Dominique Payrard, directeur de Beltronic France, regrette en effet que « trop de PC portables et PDA “se disent” durcis mais négligent complètement le durcissement de l’écran, qui est pourtant l’élément le plus fragile. Le SwitchBack, lui, dispose d’une dalle tactile blindée qui le rend résistant à la plupart des chocs sur l’écran ».
Des périphériques contrôlés par FPGA
Au vu des composants que cache son boîtier en magnésium, on pourrait penser qu’il s’agit d’un PC “classique”. Il dispose d’un processeur Intel de la gamme Celeron Mobile (à 1 GHz), du jeu de composants Intel GMA900, et peut embarquer jusqu’à 2 Go de mémoire SDRAM DDR2. Mais en y regardant de plus près, c’est bien plus qu’un PC : un FPGA (Field Programmable Gate Array) est placé en amont du chipset. Ce composant programmable étend considérablement les possibilités de l’appareil, car il peut prendre directement en charge des périphériques, en passant outre le jeu de composants (le code applicatif ne dépend plus du jeu d’instructions Intel x86). Grâce à ce FPGA Virtex 5 de Xilinx, le Switchback peut être utilisé pour des applications temps réel ou critiques, des applications qui exploitent le matériel sans passer par l’OS. Par défaut, le FPGA est utilisé pour fournir une interface de surveillance du matériel (état des périphériques, charge de la batterie, ports connectés, etc.). Mais le Switchback réserve encore d’autres surprises : outre un accéléromètre intégré en standard et un GPS, il peut être équipé d’un module spécifique appelé “Backpack”.
Un “sac à dos” pour un UMPC
Il s’agit d’un boîtier multifonction se fixant à l’arrière du PC et qui ressemble à s’y méprendre à… un sac à dos (ce qui se traduit par Backpack en anglais). Ce module se décline en une multitude de variantes. Le module standard étend simplement les fonctions de communication, mais il existe aussi une version étudiée pour recevoir des modules d’acquisition. « Avec la version “acquisition” du Backpack, les opérateurs qui effectuent de la mesure sur site n’ont plus qu’un seul appareil à manipuler, conclut Nicolas Dubel, directeur des ventes pour l’activité mobilité chez Beltronic. Contrairement aux solutions classiques pour lesquelles un PC portable est relié au module par un câble USB, ici tout est intégré et l’ensemble conserve sa robustesse. »

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap