Un terminal embarqué doté d’un écran amovible

Le 19/07/2011 à 9:30  

Spécialiste des terminaux embarqués, LXE lance le Thor, un modèle prévu pour être installé sur des véhicules ou des chariots élévateurs. Comme cette configuration expose les terminaux à de nombreux chocs, LXE a doté son produit d’une face avant innovante qui peut être changée en quelques minutes.

Pour son nouveau terminal Thor, la société LXE a déposé pas moins de trois brevets. La principale innovation concerne la face avant. Explications de Noëlle Esnault, directrice de la filiale française de LXE : « d’ordinaire, lorsqu’un terminal embarqué est endommagé, l’industriel le renvoie au constructeur. Ce dernier l’échange ou le répare, avant de l’expédier à nouveau. L’opération immobilise l’appareil pendant plusieurs jours. C’est pourquoi nous avons décidé de réduire ce temps à quelques minutes. » Pour cela, le dernier terminal pour véhicules de LXE a été conçu de telle manière que sa façade, principale pièce exposée aux chocs, soit remplaçable sur site par n’importe quel technicien. Il suffit que l’industriel ait une face avant de rechange : la façade détériorée s’enlève et se remplace facilement, et le terminal reconnaît automatiquement les éventuelles modifications de la configuration du clavier. « Surtout, le fait d’enlever la partie avant n’altère en rien l’étanchéité IP 66 du produit, ce qui permet de remplacer une façade abîmée quel que soit le niveau de poussière ambiant, et même sous la pluie ! » poursuit Noëlle Esnault.
Disponibilité et temps de démarrage améliorés
Les deux autres brevets visent avant tout à améliorer la facilité d’utilisation du terminal au quotidien. Le premier concerne les docks, spécialement conçus pour pouvoir transférer facilement le terminal d’un chariot à un autre. Le second brevet concerne quant à lui le démarrage et l’extinction du terminal. Par exemple, l’utilisateur pourra paramétrer le Thor afin qu’il démarre sitôt que le chariot est mis sous tension, afin de gagner quelques minutes. De la même manière, lorsque l’opérateur coupe le courant du chariot,  le terminal pourra être mis hors tension, passer en mode veille ou continuer de fonctionner  sur la batterie interne.
Frédéric Parisot

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap