Une gestion intelligente du changement

Le 07/11/2011 à 11:04  

L’éditeur américain PAS lance un nouvel add-on pour Integrity, son logiciel de cartographie des systèmes informatiques industriels. Avec iMOC, les responsables d’usines se prémunissent contre toute modification intempestive, maladroite ou malveillante pouvant entraîner la panne d’un système automatisé.

 

Le nouveau logiciel de PAS s’appelle iMOC, pour Intelligent Management of Change, c’est-à-dire une gestion intelligente du changement. Il faut dire que la gestion du changement n’est pas une activité nouvelle. « Tous les responsables de sites industriels connaissent cette notion, toutefois elle est trop souvent négligée car considérée comme un obstacle au changement, explique Chris Lyden, président de PAS. Le suivi est effectué le plus souvent sur papier ou via un logiciel développé sur mesures, et, dans tous les cas, il faut effectuer des tâches supplémentaires qui ralentissent les procédures (et gênent les réparations). Avec iMOC, nous proposons une solution beaucoup moins intrusive, capable de distinguer d’elle-même les modifications qui peuvent entraîner des pannes de celles qui entrent dans le cadre du fonctionnement normal de l’usine. »
Dans les usines, les systèmes automatisés peuvent vite atteindre des tailles considérables. Avec une grande quantité de données et de programmes interconnectés, toute modification involontaire ou inappropriée peut avoir des conséquences graves, aussi bien sur la sécurité des installations et des personnes que sur le chiffre d’affaires de l’entreprise ou sur l’environnement. Pour déterminer la dangerosité d’une modification, iMOC se base sur le logiciel Integrity qui établit une cartographie des systèmes automatisés de l’usine et de toutes les interactions entre ces différents systèmes. Tout changement autre que le remplacement complet d’un programme est examiné. Dans le cas d’une modification volontaire, lorsqu’un opérateur prend la main sur un automate ou instaure un point d’arrêt dans un programme, par exemple, iMOC en garde la trace. Ces informations pourront être communiquées le cas échéant à Integrity Recon, le module chargé de la reprise d’activité après incident. En revanche, dès lors qu’une modification n’est pas accompagnée d’une autorisation, iMOC génère une alerte auprès des services informatiques et du responsable de production. Un bon moyen de protéger ses systèmes automatisés contre une mauvaise manipulation et d’éventuels actes malveillants (virus ou autres).
Frédéric Parisot

 

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap