Alpha MOS et le CNRS capitalisent sur un dispositif autour des microcapteurs intelligents

Le 05/02/2014 à 14:58  

Le toulousain Alpha MOS, fabricant de nez, langues et yeux électroniques à usage industriel, et le Laboratoire d'analyse et d'architecture des systèmes (CNRS/Université Toulouse 3/INSA Toulouse/INP Toulouse) ont annoncé avoir signé avec France Brevets, détenu à parité par l’Etat et la Caisse des dépôts, un accord de licence et de valorisation de technologies microcapteurs développées en commun. Cette nouvelle génération de capteurs intelligents est basée sur une technologie Mems (Micro-electro-mechanical systems), associant les savoir-faire en développement de semiconducteurs du laboratoire de rechercher et en traitement de données algorithmiques et applicatives de la société. La signature de l’accord a pour objectif de valoriser des brevets détenus en commun par le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et Alpha MOS, et dont les applications sont multiples (téléphones mobiles, électroménager, mesure de la qualité de l’air respiré, mesure de la fraîcheur des aliments dans un frigidaire, analyse d’haleine…). Il s’agit ainsi de générer des revenus supplémentaire pour  Alpha MOS et le CNRS, de renforcer la position actuelle des brevets en en déposant de nouveaux ou en se procurant des brevets extérieurs, d’accompagner les deux protagonistes dans des processus de normalisation.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap