Les détecteurs de HF fixes restent complexes à utiliser

Le 20/05/2014 à 9:08  

L’association des Exploitants d'équipements de mesure, de régulation et d'automatismes (Exera) et l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris) viennent d’annoncer les résultats d’une campagne d’évaluation portant sur les performances des détecteurs de fluorure d’hydrogène (HF) à poste fixe. La campagne d’évaluation réalisée en 2013 a porté sur un ensemble d’essais en laboratoire (performances métrologiques, différentes conditions d’environnement) réalisés sur cinq modèles différents. L’Ineris a d’ailleurs développé spécialement pour l’occasion un banc pour la campagne. Les essais ont notamment révélé un très fort endormissement des cellules de mesure, une sensibilité élevée aux variations de température et/ou d’humidité relative. « Les résultats montrent que l’utilisation de ces appareils reste très complexe, malgré les spécifications fournies par les fabricants. Ces détecteurs électrochimiques peuvent ainsi être utilisés sur les sites industriels, à condition que leur fonction dans la stratégie de prévention des risques ait été bien définie au préalable et que leur manipulation et leur maintenance soient très bien maîtrisées par les opérateurs », résume Bernard Piquette, directeur adjoint des risques accidents à l’Ineris.

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap