La fibre optique court le long des portes d’accès aux machines

Le 18/09/2005 à 0:00  

 

Turck Banner a développé un système original de détection pour contrôler la sécurité d’accès aux machines. Celui-ci, basé sur de l’optique, vérifie la fermeture des portes et assure le contrôle d’accès. Jusqu’à 16 portes peuvent être surveillées avec un seul contrôleur.

Les machines dangereuses sont souvent isolées dans des parcs fermés par des portes grillagées. Si une porte est ouverte, tout doit s’arrêter. La sécurité est à ce prix. Habituellement, le contrôle de la fermeture des portes est assuré par des détecteurs électromécaniques placés sur les montants des portes.  C’est une toute autre approche que propose Turck Banner avec Pico Guard. Ici, il n’y a plus rien d’électrique, seulement une fibre optique. Le principe de base n’est pas sans rappeler celui des cellules barrage à fibre optique où deux tronçons de fibre prolongent l’émetteur et le récepteur, permettant d’aller faire la détection d’un objet dans les endroits les plus exigus. Le faisceau lumineux sort de la fibre “émetteur” et est “repris” par le faisceau “récepteur” (si un objet vient s’intercaler, il y a évidemment rupture du faisceau, et la sortie de la cellule est activée). On forme ainsi un interrupteur optique, formé d’un embout émetteur et d’un embout récepteur.

Le Pico Guard étend ce principe. Ici, il n’y a pas d’objet à détecter mais il faut vérifier qu’une porte est fermée. L’embout “émetteur” est monté sur le cadre mobile de la porte, l’embout récepteur sur le montant de la porte elle-même (les embouts peuvent aussi être montés au niveau du verrou ou de la charnière). Lorsque la porte est fermée, les embouts émetteur et récepteur sont en regard l’un de l’autre, à quelques millimètres. Ce n’est plus le cas lorsque la porte est ouverte : l’embout “récepteur” ne reçoit plus aucun signal et la sortie du contrôleur est activée pour déclencher l’arrêt de la machine.

« Le principal avantage du Pico Guard sur les détecteurs électriques classiques se situe au niveau de l’encombrement. La fibre optique prend moins de place qu’un câble électrique. Cet avantage est encore renforcé par le fait que l’on peut mettre plusieurs interrupteurs optiques sur une même fibre, ce qui permet de réaliser des économies au niveau de l’installation », explique Emmanuel Quellier, chef de produits chez Turck Banner en France. En pratique, le nombre d’interrupteurs optiques que l’on peut mettre sur une même fibre dépend de la distance de détection de chacun d’eux Dans une configuration moyenne, une boucle de 30 mètres peut recevoir raisonnablement quatre interrupteurs optiques.

Pour réduire les coûts globaux, le contrôleur associé peut piloter jusqu’à 4  boucles optiques. A la place d’une des boucles, il est possible de connecter une barrière immatérielle monofaisceau, permettant de réaliser un contrôle d’accès. C’est d’ailleurs dans ces applications mixtes que le Pico Guard est le plus compétitif : le prix d’une solution complète avec 10 portes et une barrière optique réparties sur 30 m se situe aux alentours de 1 000 euros.

 

Caractéristiques

· Temps de réponse : 13 ms

· Conditions en température (fibres et connecteurs) : 0 à 70 °C

· Indice d’étanchéité : IP65 (fibres et connecteurs)

· Niveau de sécurité : catégorie 4

· Certification Atex

 

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap