La sauvegarde des données se fait en ligne

Le 06/04/2009 à 15:18  

La société suédoise HMS Industrial Networks commercialise un boîtier pour la télégestion d’équipements d’automatismes. La spécificité du RemoteCom, par rapport aux autres solutions Machine To Machine, est une fonction de sauvegarde des données sur un site Internet sécurisé.
Le boîtier RemoteCom se connecte à des machines, automates, variateurs et tous autres types d’équipements d’automatismes en utilisant le protocole Modbus. Il assure la remontée des alarmes par e-mail ou SMS, met à disposition les données sur un serveur web, et autorise la transmission descendante des informations pour le pilotage à distance des machines. A première vue, il s’agit d’un boîtier M2M (Machine To Machine) comme il en existe beaucoup d’autres…
Mais à y regarder de plus près, la solution proposée par HMS Industrial Networks présente la particularité d’offrir un service de stockage en ligne des données. Comme tous les boîtiers M2M, le RemoteCom dispose d’une mémoire de stockage interne, qui peut être vite saturée par les applications générant de grandes quantités de données. « C’est pourquoi les industriels qui choisissent le RemoteCom bénéficient gratuitement d’un abonnement à NetBiter.net. Ce site de stockage de données crypté et sécurisé est accessible même à travers les éventuels firewalls de l’entreprise », annonce Marc Richard, directeur commercial France chez HMS Industrial Networks. Le site propose également l’édition de graphiques, pour connaître par exemple le comportement d’un appareil sur la période précédant une panne. Mais ces graphiques servent aussi à comparer le comportement de plusieurs équipements. C’est en effet pour la gestion de parcs d’équipements que l’utilisation de NetBiter.net prend tout son sens, car le site fournit une vision de leur répartition géographique (en optant pour le RemoteCom avec antenne GPS). Mais surtout, cela garantit de surveiller le bon appareil visé dans le cas d’architectures réparties (industries multisite, installations offshore, réseaux de pipelines, etc.).

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap