Un capteur pour un thermostat facile à régler et à installer

Le 08/04/2008 à 0:00  

Il a la fonction d’un thermostat mais il utilise une sonde de température Pt 1000. L’avantage principal de l’équipement proposé par IFM Electronic est que les points de consignes peuvent être ajustés sans nécessiter de faire varier la température du circuit.


"Jusqu’à présent, un thermostat, c’est toujours un système mécanique", explique Edil Alvarez, responsable produit à IFM Electronic. Ainsi, pour les thermostats bimétalliques, par exemple, deux lames métalliques se dilatent. Et pour régler le point de consigne, il n’y a pas d’autre solution que de mettre le fluide à température. Si on veut éviter cette contrainte il faut alors passer par une mesure analogique, avec une sortie continue, bien plus coûteuse.
Le produit PK que propose aujourd’hui IFM Electronic est une solution intermédiaire : un “vrai” élément de mesure (une sonde Pt 1000) avec un traitement local qui assure la fonction du thermostat, et une “simple” sortie logique.
La sonde Pt 1000 mesure la température mais le signal transmis vers un automate ou une autre unité reste un signal Tout ou Rien comme un signal de commutation ou un signal d’alarme.
L’intérêt principal porte sur le réglage du point de consigne. Celui-ci se fait par l’intermédiaire de deux anneaux gradués. « Il suffit de placer le curseur sur la valeur de température souhaitée », précise Edil Alvarez. Les graduations de l’anneau de réglage permettent l’ajustement à ± 2 °C. Pour éviter toute manipulation involontaire des anneaux, le système est verrouillé mécaniquement. Ensuite, en cours de fonctionnement, grâce à un peu d’électronique et un potentiomètre, la valeur mesurée est comparée en permanence à la valeur de consigne.

La fiabilité d’un élément de mesure

Par rapport à un thermostat mécanique, la sonde de mesure associée à de l’électronique apporte aussi des améliorations métrologiques. « Nous avons choisi une sonde Pt 1000 pour ses qualités: une très faible dérive dans le temps et une répétabilité de ± 0,1 °C », assure Edil Alvarez.
Le temps de réponse de 1 s (T05) à 3 s (T09) est également beaucoup plus faible que celui d’un thermostat bimétallique (qui, lui, peut atteindre la dizaine de seconde). « Ceci permet une réactivité bien plus grande, ce qui peut être un grand intérêt pour des surveillances de fluides sur des conduites. », poursuit Edil Alvarez.
Régulation des systèmes de refroidissement, contrôle de la température des fluides caloporteurs dans le domaine de la climatisation et du chauffage, contrôle de la température des huiles dans les secteurs de la mécanique, l’équipement PK convient à tout type d’application entre 25 et 140 °C. Il résiste également à des pressions de conduite jusqu’à 300 bar.
Le capteur TK est disponible au choix avec un point de consigne haut et un point de consigne bas (TK6) ou avec deux points de commutation avec hystérésis fixe (TK7). IFM Electronic situe le prix de son produit autour de 100 euros.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap