Une sonde d'oxygène autoétalonnée

Le 16/06/2010 à 21:03  

ABB Instrumentation a lancé l’analyseur d’oxygène Endura AZ20, premier modèle d’une nouvelle génération d’analyseurs de combustion, qui se distingue par plusieurs évolutions importantes.

A l’occasion de la manifestation “Analyse industrielle”,  l’activité “Instrumentation” d’ABB a présenté la sonde d’oxygène Endura AZ20, premier membre de sa famille d’analyseurs de combustion de nouvelle génération. D’autres modèles sont d’ores et déjà prévus pour des environnements plus sévères d’ici à la fin du premier semestre 2010. Rappelons que le nom d’Endura s’inscrit dans une volonté de mieux identifier les différentes gammes de produits en les “baptisant” selon le marché visé : Aztec pour l’eau, Navigator pour l’énergie et Endura pour les procédés industriels.
Destinée aux applications en zones sûres, la sonde Endura AZ20, qui utilise une cellule d’oxyde de zirconium, couvre une étendue de mesure comprise entre 0,01 et 100 % d’O2. La précision du système est inférieure à ±0,75 % de la lecture ou à 0,05 % de la concentration d’O2 et la dérive mensuelle est, elle, inférieure à ±0,2 % typique. « En sus d’un étalonnage manuel sur un point ou deux en option (un à 0 % et un à proximité de la zone de travail), la sonde est dotée d’un système d’étalonnage automatique, supprimant le besoin d’équipements auxiliaires coûteux requis habituellement », ajoute Daniel Bureau, chef de marché analyse au sein de l’activité instrumentation d’ABB France.
Cette fonction détecte en effet la disponibilité dudit gaz, via des commutateurs de pression, et contrôle la séquence de gaz d’essai pour éliminer les étalonnages incorrects dus aux pertes de gaz d’essai. Le contrôle des débits de ce gaz d’essai et de l’air de référence était jusque-là réalisé via des débitmètres et des vannes de régulation auxiliaires. L’approche développée par ABB s’appuie sur des “restricteurs” de débit intégrés en option dans la sonde, éliminant alors le recours à des éléments supplémentaires.
Des sondes avec afficheur
Autre amélioration, la gamme de longueurs d’insertion, comprise entre 0,5 et 2 m pour la série existante, est désormais disponible jusqu’à 4 m. « Le tube est constitué d’éléments se chevauchant, ce qui assure une bonne rigidité et réduit les risques de cintrage lorsque la température augmente », explique Patrick Bureau. La sonde Endura AZ20 supporte par ailleurs une plage de températures des gaz allant de -20 à +800°C (au lieu de +20 à +600 °C pour la sonde ZFG2) et une pression maximum de 35 kPa.
A l’instar de la sonde AZ20, les analyseurs de combustion Endura se distinguent des modèles précédents déportés, uniquement disponibles sans afficheur, par des appareils qui en sont équipés,  avec toutefois certaines restrictions en haute température. Ce transmetteur est doté d’un afficheur LCD rétroéclairé de définition 128x64 pixels et utilisant la technologie “Through The Glass” (accès via la simple pose, et non la pression, du doigt).


 

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap