Des châssis d'acquisition de signaux plus fonctionnels

Le 04/01/2010 à 12:42  

La famille de châssis d’acquisition NI CompactDAQ de National Instruments est complétée par un modèle de quatre emplacements. Par ailleurs, leurs capacités de traitement et de connexion évoluent.
En 2006, National Instruments lançait un le châssis NI CompactDAQ se connectant à un PC via une liaison USB. Ce châssis propose huit emplacements pour accueillir des modules d’acquisition pour des mesures de température, de pression, de déformation, de courant, d’acoustiques et de vibrations. Le constructeur texan fait aujour-d’hui évoluer cette solution en proposant le châssis cDAQ-9174 pourvu de quatre emplacements et le cDAQ-9178 de huit emplacements. Le lancement de la version compacte à quatre emplacements n’est pas la seule nouveauté de cette nouvelle génération. Celle-ci se distingue notamment par sa capacité à relever des mesures de divers capteurs à différentes fréquences alors que le précédent modèle imposait à tous les modules d’acquisition de travailler à une fréquence d’échantillonnage identique. « Désormais, il est possible d’affecter trois fréquences d’échantillonnage distinctes à trois groupes de modules. Cette caractéristique facilite la programmation car les mesures basse vitesse peuvent être séparées des mesures haute vitesse, évitant ainsi tout suréchantillonnage inutile », explique Emmanuel Roset, ingénieur marketing chez National Instruments. Cette fonctionnalité s’accompagne d’une plus grande souplesse de programmation. L’application d’acquisition et de traitements programmée sous Labview peut désormais être séparée en trois tâches indépendantes (mesures électriques, acoustiques et de températures par exemple). Ce qui favorise leur répartition sur un processeur multicœur.
Côté matériel, ces châssis intègrent quatre compteurs contre deux seulement pour leurs aînés ce qui procure des capacités de traitement supplémentaires. La version à huit emplacements est dotée, en outre, de deux prises BNC placées en face avant pour synchroniser le système NI CompactDAQ avec un matériel externe. « Ce qui évite d’occuper un emplacement avec un module dédié au déclenchement des acquisitions », précise Emmanuel Roset. Pour éviter toute déconnexion intempestive de la liaison USB, un système de verrouillage du connecteur USB est proposé. Enfin, pour faciliter leur branchement à toute sorte d’alimentation, ces châssis sont équipés d’un bornier à vis sur lequel se connecte tout type de câble électrique. Ces châssis NI CompactDAQ peuvent accueillir quatre ou huit modules enfichables parmi les cinquante modèles de la Série C.

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap