Des générateurs de signaux évolutifs

Le 12/11/2012 à 9:55  

Agilent technologies propose une gamme de générateurs de signaux dont la bande passante est évolutive de 20 à 30 MHz  après l’acquisition de l’appareil. La fonction générateur arbitraire peut également être activée ultérieurement.

 Début 2011, Agilent annonçait les familles d’oscilloscopes InfiniiVision 2000-X et 3000-X qui se distinguaient notamment par leur évolutivité ultérieurement à l’achat : augmentation de leur bande passante, intégration de capacités d’acquisition logiques, génération de signaux, etc. Le constructeur américain récidive avec ses générateurs de signaux de la gamme 33500B. Il est possible d’acquérir un modèle d’une voie à 20 MHz, de faire ensuite progresser la bande passante à 30 MHz et d’y ajouter plus tard des fonctions de génération de signaux arbitraires. On peut bien entendu passer d’un générateur 20 MHz à un générateur de signaux arbitraires de bande de fréquences identique ou supérieure. Ces extensions de capacités s’effectuent par une simple mis à jour logicielle. Autre particularité de cette série d’instruments : les 4 modèles 1 voie sont complétés par 4 modèles de 2 voies tout aussi évolutifs.
Cette flexibilité, n’est pas leurs seuls atouts. Ils intègrent des convertisseurs numériques analogiques de 16 bits de résolution et une technologie baptisée Trueform qui autorisent la génération de signaux meilleure qualité. Celle-ci combine le procédé traditionnel DDS (Direct Digital Synthesis pour synthèse numérique directe) à une technique d’échantillonnage numérique point à point. Ce qui, selon le constructeur, permet d’obtenir pour le générateur arbitraire de 30 MHz, une gigue de 40 ps (contre 500 ps avec DDS), une distorsion harmonique de 0,04% (contre 0,2%) et un temps de montée de 8,7 ns (contre 20 ns). Pour la génération de formes d’ondes arbitraires, une capacité mémoire d’un million de points par voie (jusqu’à 16 millions en option) est proposée. Cette mémoire peut être segmentée afin de générer des signaux plus longs que la taille mémoire le permet. Chaque segment pourra être ainsi joué et rejoué selon les séquences définies par l’utilisateur (jusqu’à 512 pas). Jusqu'à 32 séquences totalisant jusqu'à 1024 segments peut être préchargées en mémoire non rémanente. Cinq modes création et de chargement de fichiers de signaux arbitraires sont proposés : avec le logiciel intégré Waveform Builder Basic, avec le logiciel Waveform Builder Pro 33503A pour créer des signaux plus complexes et pour le séquencement, avec une clé USB à insérer dans le port intégré en face avant (fichier provenant de la capture d’un signal depuis un oscilloscope ou conçu avec Matlab, Excel, etc.) ou via l’éditeur de signaux embarqué.
Parmi les autres fonctionnalités, on notera la capacité de combinaison et d’addition de signaux pour par exemple ajouter du bruit au signal pour les tests de gigue et de distorsion en utilisant une seule voie ou encore créer  des signaux multifréquences à double tonalité sans qu’un générateur  double voie ne soit nécessaire. Il est également possible d’ajuster la bande passante du générateur de bruit intégré pour  contrôler les fréquences contenues dans le signal et ainsi exercer uniquement  le stimulus de fréquence souhaité pour concentrer l’énergie du signal dans la bande de fréquences visée.  Enfin, la génération de séquences PRBS (Pseudorandom Binary Sequence) autorise le test de bus série numériques en sélectionnant la longueur de séquence (PN7 à PN23) et en paramétrant le débit binaire (1 Mbit/s à 50 Mbits/s et le temps de montée de 8,4 ns à 1 µs). Ce qui évite le recours à un générateur d’impulsion.
Youssef Belgnaoui