La bande d’acquisition de l’analyseur spectral milieu de gamme s'élargit

Le 18/04/2011 à 20:45  

Tektronix renforce son offre d’analyseurs de signaux temps réel en introduisant  la série RSA5000 qui affiche notamment  une bande d’acquisition de 25 à 85 MHz selon les options choisies.


 

En matière d’oscilloscopes, Tektronix dispose du catalogue d’instruments pour répondre à toutes les exigences de test depuis la visualisation d’un simple signal jusqu’à l’acquisition et l’analyse de signaux électroniques sophistiqués. Il compte à son offre pas moins de onze familles d’oscilloscopes. Son offre en analyseur de signaux temps réel est plus modeste. Mais signe que la demande progresse en la matière, tirée par les applications de communication radiofréquences qui se multiplient dans tous les domaines, le constructeur américain vient d’annoncer le lancement d’une série d’analyseur qui vient se nicher entre la série RSA3000 et RSA6000. En toute logique, elle porte une référence intermédiaire, RSA5000, et propose des spécifications qui se situent entre celles affichées par les références d’entrée et haut de gamme. Elle présente une bande d’analyse temps réel pouvant atteindre 85 MHz alors que celle des modèles RSA3000 et RSA6000 est de respectivement 36 MHz et 110 MHz. « Cette bande de fréquences couvre l’intégralité de la bande ISM sur laquelle opèrent la plupart des technologies de radiocommunications les plus courantes telles que BlueTooth ou Wi-Fi ainsi que les solutions d’identification sans contact (RFID) », précise Dean Miles responsable marketing technique pour cette famille d’instruments. Ces analyseurs sont bien entendu dotés de la technologie d’acquisition et de traitement temps réel baptisée DPX qui fait, selon Tektronix, la spécificité de ses appareils par rapport aux analyseurs de spectre classiques.
Rappelons que le DPX sert à visualiser le spectre d’un signal parasite ou fugitif. En mode d’analyse spectral classique, ce dernier ne serait pas affiché à l’écran sauf si, par chance, le parasite apparaît au moment où l’acquisition du signal est réalisée. Si l’on n’a pas cette chance, certains événements peuvent être ratés ou, pour les saisir, il faudra réaliser de nombreuses mesures. En mode DPX, le signal analogique à analyser est traité par un étage de conversion analogique/numérique radiofréquence. Une transformée de Fourier discrète est ensuite appliquée au signal numérisé. Le RSA5000 est ainsi capable de saisir 292 000 spectres par secondes sur toute la largeur de sa bande d’analyse, soit 85 MHz. « Ce qui permet de visualiser un volume d’informations infiniment plus important que tout autre analyseur de spectre et de réduire au minimum la période entre deux mesures pendant laquelle l’appareil est en quelque sorte aveugle », souligne Dean Miles. Le spectre résultant de la transformée de Fourier est stocké dans une mémoire tampon avant d’être affiché. Les spectres ainsi obtenus se superposent avec persistance à l’écran. La persistance de l’affichage autorise donc la visualisation du spectre d’un signal fugitif. Sa couleur renseigne de l’occurrence des signaux. La gradation qui va du bleu au rouge rend donc possible la détection des signaux transitoires. Opérationnelle sur toute la gamme de fréquences d’entrée (3 GHz pour le RSA5103A et 6,2 GHz pour le RSA5106A), cette fonction assure la capture de signaux transitoires jusqu’à 5,8 µs. Grâce à cette analyse en mode DPX, l’utilisateur connaîtra la nature, l’occurrence et le spectre des signaux auxquels il a affaire. Il peut donc choisir plus facilement le mode de déclenchement adapté. Parmi toutes les fonctionnalités de déclenchement possible, il pourra opter pour un mode spécifique au DPX. « Il lui suffit de sélectionner la partie du spectre qui l’intéresse en l’encadrant d’un rectangle de dimensions appropriées pour que l’acquisition se cale sur cet événement », indique Dean Miles. Par ailleurs, il faut noter que la troisième génération DPX conserve les paramètres de phase et d’amplitude en complément de ceux liés à la fréquence. Ce qui rend possible une analyse corrélée dans ces trois domaines. Autre spécificité de l’appareil, sa mémoire peut atteindre 4 Go ce qui rend possible l’enregistrement continu de signaux pendant une durée de 7 secondes.
Youssef Belgnaoui

 

Principales caractéristiques :
# Gamme de fréquences :
- 1 Hz à 3,0 GHz (RSA 5103A) 
- 1 Hz à 6,2 GHz (RSA5106A)
# Bande d’analyse :
- 25 MHz en standard, 40 et 85 MHz en option
# Mémoire d’acquisition :
- 1 Go en standard, 4 Go en option
# Bruit de phase :
- A 10 kHz d’une porteuse de 10 MHz : -131 dBc/Hz
- A 10 kHz d’une porteuse de 1 GHz : -109 dBc/Hz
# Prix de base :
- 31 k€ (25 MHz) à 56 k€ (85 MHz) pour le RSA 5103A
- 45 k€ (25 MHz) à 62 k€ (85 MHz) pour le RSA5106A

 

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap