Le simulateur HIL devient plus flexible

Le 13/03/2012 à 8:45  

Le groupe allemand dSpace lance une nouvelle gamme d’équipements pour la simulation Hardware-In-the-Loop (HIL). Contrairement aux simulateurs des générations précédentes, le Scalexio élimine tout risque d’erreur lors du câblage, cette opération étant désormais entièrement effectuée de manière logicielle.

 

Fournisseur d’outils pour la conception et le test de calculateurs électroniques et de systèmes mécatroniques, dSpace propose une vaste gamme de simulateurs Hardware-In-the-Loop (HIL). «Aujourd’hui les simulateurs HIL sont devenus incontournables pour tous les nouveaux projets dans l’automobile, l’aéronautique ou encore le médical, indique Herbert Hanselmann, président de la firme allemande. Nos produits continuent de gagner de nouveaux marchés, mais la technologie qu’ils embarquent n’a pas vraiment évolué en bientôt vingt ans. Nous avons donc réfléchi à un moyen d’apporter davantage de modernité dans le monde du test HIL.»
Pour ce faire, dSpace s’est intéressé aux contraintes auxquelles sont confrontés les ingénieurs en tests et simulation. « La plupart des problèmes viennent du câblage des différents signaux d’entrées/sorties, une opération fastidieuse et source d’erreurs qui rend délicate toute modification du banc HIL », commente Benoit Vidalie, directeur de la filiale française.

En finir avec les câbles
Partant de ce constat, dSpace a développé un nouveau simulateur HIL baptisé Scalexio. Le concept : remplacer le câblage manuel par de la configuration logicielle. Ainsi, contrairement aux simulateurs existants qui imposent d’utiliser des modules différents pour chaque type de signaux, le Scalexio dispose de modules d’entrées/sorties universels qui pourront être configurées par l’utilisateur comme il le souhaite, en fonction de ses besoins en signaux Tout-Ou-Rien, analogiques, compteurs, etc. « De la même manière, nous ne proposons plus qu’une seule référence de module de bus qui sera capable de dialoguer en CAN, en LIN ou en FlexRay », explique Herbert Hanselmann.


Garantir la traçabilité des tests
Outre la réduction du risque d’erreurs, ce nouveau concept facilitera les opérations de certification. On pense principalement à la nouvelle norme ISO 26262 relative à la sécurité des systèmes électroniques automobiles, qui impose une traçabilité complète des tests. Avec le Scalexio, plus besoin de prouver que le câblage physique a été réalisé conformément aux spécifications (puisque cette opération est éliminée). De plus, le logiciel fourni avec le Scalexio génère automatiquement les rapports de tests. Pour Mirco Breitwisser, directeur des ventes internationales chez dSpace, « cette nouvelle gamme de simulateurs HIL devrait faire gagner du temps aux ingénieurs sur leurs projets - de quelques heures à plusieurs mois selon la complexité des systèmes - et donc réduire les temps de mise sur le marché des produits. »
Frédéric Parisot

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap