L’enregistreur d’énergie se glisse dans l’armoire électrique

Le 12/11/2012 à 9:55

Le PEL100 de Chauvin-Arnoux se distingue par sa compacité et sa capacité à mesurer et enregistrer les principales données énergétiques pendant une longue période. Il propose par ailleurs différents modes de collecte des valeurs mesurées.

Pour développer les enregistreurs de puissance et d’énergie PEL100, Chauvin-Arnoux a fait appel aux savoir-faire de ses filiales Enerdis et AEMC. La première spécialisée dans la gestion et la supervision d’énergie a apporté ses compétences en matière de comptage d’énergie issues notamment de sa gamme de centrales de mesures Enerium destinées à être installées dans les tableaux électriques pour un usage fixe. La seconde, outre la commercialisation des instruments du groupe français aux Etats-Unis, conçoit des enregistreurs de mesures (datalogger). Aussi, elle a apporté à ce développement ses connaissances en matière de sauvegarde de valeurs mesurées et leur analyse logicielle sur PC.  Chauvin-Arnoux, spécialisé en instrumentation électrique portable, s’est chargé de l’intégration de toutes ces technologies dans un boîtier portable et compact, du raccordement des capteurs de courants et du fonctionnement de l’appareil sur batterie. Le groupe français a également dû résoudre toutes les contraintes mécaniques pour répondre au souhait des utilisateurs notamment en matière d’encombrement. «La  faible épaisseur de leur boîtier autorise l’installation de l’enregistreur avec leurs capteurs de courant sur tout type de tableau de distribution sans gêner la fermeture de la porte de l’armoire. Ils sont de plus aimantés, et  ainsi conçus pour une mise en place sans interruption du process industriel », explique Joël Pannetier, responsable produits Energie chez Chauvin-Arnoux. 
Le PEL100 reconnait automatiquement tous les capteurs de courant de la gamme Qualistar. Une fois installé sur site, il fonctionne de manière autonome. Il enregistre des données de puissance et d'énergie sur tous types de réseaux monophasés, diphasés ou triphasés. Doté de trois entrées de tension et trois entrées de courant, il collecte toute une panoplie de mesures (puissance active et réactive, consommation en kWh, kVA et kvar). De plus, il calcule et enregistre le facteur de puissance, le déplacement du facteur de puissance (DPF ou cos ϕ), le facteur de crête, la fréquence et le taux d'harmoniques (THD). Il est aussi possible d'enregistrer des informations sur une harmonique donnée, y compris la valeur, le pourcentage et l'angle de phase jusqu'au rang 50, selon le choix de l'utilisateur.
Toutes les variables sont enregistrées et stockées  sur une carte SD amovible d’une capacité de 32 Go à des intervalles de 1 s. « Mais l’utilisateur peut via le logiciel PEL Transfer, destiné à la visualisation des données, effectuer des agrégations sur une plus longue période allant de 1 à 60 minutes », indique Joël Pannetier. Il existe d’ailleurs plusieurs moyens de récupérer les informations relevées par cet instrument destiné à être employé pour une campagne de mesure d’une journée à plusieurs semaines selon le cycle de production et de consommation à analyser : via sa carte SD, son port USB mais aussi à distance par le biais de son interface Ethernet ou BlueTooth. Via la liaison radio BlueTooth, on pourra communiquer plus aisément depuis un PC avec un enregistreur PEL100 placé dans une armoire difficile d’accès. « Lorsqu’un ou plusieurs appareils sont reliés au réseau Ethernet, il est possible de visualiser à distance les valeurs mesurées tout en téléchargeant des campagnes mémorisées pour analyser et générer des rapports conformes aux certifications par simple paramétrage. En saisissant le coût de l’énergie, le logiciel calcule les pertes et les consommations énergétiques en euros », explique Joël Pannetier.
Ainsi, avec la gamme PEL100, Chauvin-Arnoux complète son offre d’instrumentation portable par un appareil dédié à l’enregistrement de puissance et d’énergie sur site. Son analyseur de réseau électrique Qualistar était parfois employé pour ce genre d’application. « Mais il était trop complet et trop cher pour de simples opérations de comptage et il ne possédait pas suffisamment de profondeur mémoire », rapporte Joël Pannetier. Car outre sa compacité, le PEL100, fourni avec le logiciel et tous ses accessoires, se distingue par son prix relativement abordable : 1200 euros (sans afficheur) et 1500 euros (avec afficheur numérique rétroéclairé). Il affiche par ailleurs une classe de précision de 0,2% et un indice de protection IP54.
Youssef Belgnaoui