Oscilloscope et analyseur de spectre ne font qu’un

Le 03/10/2011 à 9:28  

Le MDO4000 de Tektronix est un instrument d’un nouveau genre. Il réunit pour la première fois dans le même boîtier un oscilloscope et un analyseur de spectre, assurant ainsi la corrélation entre mesures effectuées dans les domaines temporel et fréquentiel.

 

Il s’agit d’une petite révolution dans le monde de l’instrumentation électronique et certainement d’un grand pas pour les concepteurs d’équipements électroniques exploitant des signaux radiofréquences (RF). Tektronix vient d’annoncer le lancement du premier instrument intégrant dans le même boîtier un oscilloscope et un analyseur de spectre. Les utilisateurs devront se familiariser avec un nouveau sigle. Après les modèles DSO, pour Digital Storage Oscilloscope, qui ont fait entrer les oscilloscopes dans l’ère du numérique, les MSO, pour Mixed Signal Oscilloscope, qui associent des canaux numériques aux traditionnelles entrées analogiques, voilà l’arrivée des MDO, pour Mixed Domain Oscilloscope, qui offrent la possibilité d’analyser des signaux RF en complément des signaux numériques et analogiques. « Nous pensons que le MDO4000 est le produit le plus révolutionnaire jamais lancé sur le marché des oscilloscopes au cours des vingt dernières années, éliminant pour la première fois la barrière entre les domaines fréquentiel et temporel », a déclaré Roy Siegel, directeur général de la gamme des oscilloscopes chez Tektronix.
Alors que le MSO4000, lancé en 2007 par le constructeur américain, avait fait une entrée remarquée sur le marché en proposant 16 canaux numériques en complément des quatre entrées analogiques traditionnelles, le MDO4000 franchit un cap supplémentaire en intégrant une entrée RF pour l’analyse spectrale des signaux. « Il ne s’agit pas d’un procédé de calcul FFT sur un nombre limité de points. L’appareil dispose d’un véritable étage d’entrée pour le traitement de signaux RF. Mais hors l’IHM réservée à l’analyse spectrale qui a été ajoutée sur la droite du boîtier en face avant, il s’emploie comme n’importe quel MSO », insiste Gary Waldo chargé de développement pour les oscilloscopes chez Tektronix.

 

Une analyse multidomaine
L’appareil réunit donc dans le même instrument 4 entrées analogiques, 16 canaux numériques et 1 entrée RF. Ce qui devrait être d’un grand secours aux 60 % d’utilisateurs d’oscilloscopes qui, selon le fabricant américain, « ont également recours à un analyseur de spectre pour effectuer des mesures sur des systèmes électroniques intégrant des capacités de communication sans fil. » Avec cet instrument, ils pourront désormais réaliser des analyses dans les domaines temporel et fréquentiel et visualiser les résultats sur le même écran. Surtout, ils ont l’assurance de la corrélation entre les événements relevés dans le domaine fréquentiel et les phénomènes liés à l’espace temporel. Du fait de cette corrélation temporelle, il est possible d’analyser plus finement l’interaction entre deux événements, puisque le spectre du signal connecté à l’entrée RF est présenté à l’écran dans une fenêtre placée juste en dessous de celle qui présente les formes d’ondes des signaux acquis via les voies analogiques et numériques. Il est notamment possible d’afficher jusqu’à 4 bus série et/ou parallèle décodés sur le même écran.
Autre particularité, la possibilité de visualiser à l’écran le spectre du signal RF à un instant spécifique de la période d’acquisition des signaux. En déplaçant un petit curseur sur l’axe temporel de la fenêtre où s’affichent les formes d’ondes analogiques et numériques, le spectre du signal RF, tel qu’il se présentait à cet instant de l’acquisition, est affiché dans la fenêtre inférieure de l’écran. L’utilisateur peut donc constater l’évolution du spectre au cours du temps ou lors de changement d’états de l’unité sous test. De même qu’il lui est possible d’observer la variation de l’amplitude, de la fréquence ou de la phase du signal RF au fil du temps. Les courbes correspondantes sont délivrées dans la même fenêtre que les signaux acquis par les voies analogiques et numériques.
Côté déclenchement des acquisitions, le MDO4000 offre bien entendu toute une panoplie d’outils se rapportant à des événements analogiques et numériques, auxquels s’ajoutent certaines conditions portant sur le signal RF, tel que son niveau de puissance. Son prix démarre à 15 500 euros.
Youssef Belgnaoui

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap