Un testeur de cartes électroniques prêt à tout, quitte à s’adapter…

Le 13/12/2005 à 0:00  

Le testeur 5800 pourrait marquer la longue histoire d’Aeroflex dans l’univers du test. Il est en effet capable de réaliser tous les types de test (in situ, fonctionnel), il est modulaire et ouvert aux standards du marché.
Dans l’univers du test de cartes électroniques, Aeroflex est surtout connu à travers les marques qu’elle a rachetées, IFR et Marconi. Le système 5800 qu’elle vient d’annoncer s’inscrit donc dans une longue continuité (l’histoire a commencé dans les années 60). Tout en innovant. « Le pionnier du test in-situ redistribue les cartes », affirme Edmond Weigant, responsable des ventes ATE, jamais à court d’idées. L’idée est de proposer une solution qui s’adapte au mieux aux différents environnements de programmation que l’on rencontre chez les fabricants de cartes, tout en s’adaptant à l’extrême diversité de leurs besoins (certains de ces fabricants ont plusieurs dizaines de clients).
Une stratégie de test classique peut comprendre un test in situ, un test fonctionnel et un test global. Ceci nécessite habituellement trois systèmes de test, trois opérateurs et trois emplacements sur le site de production. L’ambition du 5800 est de réduire les investissements, les temps de manutention et l'espace nécessaire, puisque les trois types de test sont combinés sur une seule machine. Cette souplesse est renforcée par la possibilité de tester deux cartes identiques en parallèle ou deux cartes différentes simultanément.
Ce que l’on retiendra surtout, c’est la faculté du système à s’adapter à son environnement. Tout d’abord, il se décline en trois versions : modèle de table, châssis autonome compact ou montage en rack 19 pouces. Quelle que soit la présentation retenue, les cartes à l’intérieur sont identiques. Ensuite, il est très modulaire et adopte une approche résolument ouverte. C’est ainsi qu’au niveau logiciel, il est compatible avec des logiciels tels que TestStand, LabView ou C#, soit tous les langages compatibles .NET (mais il peut, bien entendu, être programmé dans l'environnement propriétaire Aeroflex).
Sur le plan matériel, le système peut recevoir les cartes PXI 3U disponibles sur le marché. Il accueille surtout les cartes 6U développées par Aeroflex, “qui n’ont pas d’équivalent dans le monde PXI”. C’est ainsi que l’on trouve par exemple des cartes d’alimentations multi-tensions, des cartes de commutation à 192 canaux, des cartes à 64 canaux numériques, des cartes cumulant génération de formes d’ondes et mesures courant/tension, etc.
Sur les modèles de table et rack, l’utilisateur se charge de réaliser l’interface de test et du câblage avec le testeur. Sur le modèle autonome (posé sur le sol), le cœur du système est incliné de 30° et dispose d’une interface type lit à clous sur laquelle peut être fixée (et verrouillée par un système mécanique) l’interface de test “utilisateur” (qui va assurer les connexions avec la carte ou l’équipement à tester). Le système est livré avec un système d’aspiration pneumatique pour fixer les cartes à tester en in-situ sur l’interface utilisateur.
Les prix démarrent à 40 k€ pour la version de table et 60 k€ pour la version autonome.

Quelques caractéristiques
· Fond de panier pour 24 modules PXI
· 19 emplacements pour cartes instruments
· Jusqu’à 3 456 points de test analogiques in-situ
· Jusqu’à 1152 canaux numériques
· Trois alimentations programmables par l’utilisateur et cinq alimentations internes fixes

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap