Une famille d’oscilloscopes évolutifs de 2 à 13 GHz

Le 28/03/2006 à 0:00  

Des oscilloscopes haut de gamme qui peuvent facilement être “upgradés” sur site, pour encore plus de performances : voilà le concept des nouveaux appareils d’Agilent. La famille 80 000B balaie un spectre allant de 2 à 13 GHz.
Huit nouveaux joueurs dans l’équipe, pouvant évoluer aux postes numérotés 2 à 13. C’est évidemment de gigahertz dont il s’agit : la nouvelle famille d’oscilloscopes 80 000B mise sur le marché par l’Américain Agilent compte huit modèles temps réel, de bande passante variant entre 2 et 13 GHz. Point fort de ces appareils : ils sont évolutifs. L’utilisateur d’un modèle pourra le retourner à Agilent qui, « après une manipulation logicielle et/ou matérielle, lui retournera un appareil calibré avec une bande passante supérieure », précise Pascal Grison d’Agilent France.
Cette tranche de bande passante représente d’ailleurs 18 % en valeur du marché des oscilloscopes, qui tourne autour d’un milliard de dollars par an.
« Il s’agit d’oscilloscopes haut de gamme, qui répondent aux demandes des clients qui utilisent plus de bus série, de processeur embarqué, de DSP, de FPGA. Ils ont besoin d’outils pour déboguer ces produits », décrit Peter Kasenbacher, chargé du marketing Agilent en Europe pour les oscilloscopes. Les responsables d’Agilent mettent d’ailleurs en avant le faible bruit de l’appareil : 10 mV pour 1 V en utilisant le 80 2470B avec une sonde.
La nouvelle série 8000 B possède une vitesse d’échantillonnage de 20 ou 40 Géch/s, selon qu’on utilise l’appareil en mode 4 ou 2 canaux.
La profondeur mémoire est elle aussi importante : elle est de 0,25 Mpoints/voie en standard, et jusqu’à 2 Mpoints/voie en option et pour 4 voies. Alors, pour rechercher un défaut ou un événement particulier sur le signal, Agilent a mis au point la fonction InfiniiScan. En mode “recherche de zone”, l’utilisateur trace une fenêtre sur l’écran tactile et le logiciel détecte automatiquement les instants où le signal rentre dans cette zone, ce qui s’avère utile pour retrouver un défaut précis. De même, il est possible de chercher une valeur numérique sur un train de bits, des défauts de monotonicité sur les fronts…
Du côté du traitement logiciel, 23 applications sont disponibles. Comme l’analyse de bus série, CAN ou I²C, l’étude de compatibilité PCI Express, Ethernet, SATA, USB.

L’essentiel
· 8 modèles avec 4 canaux d’acquisition. Bande passante de 2, 3, 4, 6, 8, 10, 12 et 13 GHz
· Acquisition sur 8 bits, à 20 ou 40 Géch/s au maximum
· Profondeur mémoire de 0,25 à 1 Mpoints sur 4 voies, jusqu’à 32 Mpoints pour un échantillonnage inférieur à 2 Géch/s
· Écran tactile TFT XGA 8,4”
· Utilise un processeur Celeron 3 MHz tournant sous Windows XP
· Ethernet 10/100BaseT en RJ45, port GPIB, USB 2.0, port série RS 232, entrée pour trigger externe, sortie vidéo
· Encombrement de 216 x 437 x 440 mm, pour 13 kg

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap