Des petites bouteilles pour les gaz d'analyse chimique

Le 22/05/2006 à 0:00  

Après les bouteilles de 50 litres, Air Products décline son savoir-faire sur des bouteilles de 10 litres. Pour transporter plus facilement les gaz spéciaux utilisés notamment par les analyseurs, aussi bien comme gaz porteurs ou comme gaz étalon.
Pour une meilleure sécurité, par manque d’espace, parce que la population industrielle se féminise, parce que les contrôles analytiques sur site se multiplient, parce les exploitants sous-traitent de plus en plus à des prestataires extérieurs qui se doivent d’être mobiles… il existe plein de raisons pour remplacer les grosses bouteilles de gaz de 80 kg par des petites de 12  kg. Air Products met sur le marché des bouteilles de 10 litres spécialement dédiées aux applications analytiques qu’il s’agisse de gaz purs (gaz vecteurs ou gaz inertes utilisés en chromatographie gazeuse, ionisation de flamme, fluorescence X…) ou de mélanges de gaz étalons.
Ces bouteilles font partie de la gamme Experis et reprennent, pour les gaz purs, le concept BIP que le producteur de gaz a développé en 1998 pour ses bouteilles de 50 l (et 80 kg), à savoir un système de purification intégré qui garantit la pureté d’un gaz . « Il s’agit d’un tube qui plonge dans la bouteille et qui piège les impuretés. Ceci évite de rajouter un système de filtration externe et facilite les opérations de “plomberie” », précise Anne-Catherine Gridelet, responsable marketing Europe chez Air Products pour la division Analyse et Laboratoires. Pour l’azote et l’argon, les bouteilles BIP sont garanties avec des taux inférieurs à 10 ppb pour l’oxygène et 20 ppb d’humidité, et ceci sur la durée de vie de la bouteille (ces deux impuretés réduisent la sensibilité des détecteurs, empêchent une bonne séparation des composés et diminuent la durée de vie des colonnes de séparation chromatographique). L’hélium fait l’objet d’un test complémentaire qui garantit une teneur en composés halocarbonnés inférieure à 1 ppb.
Une stabilité garantie
Les nouvelles petites bouteilles peuvent contenir aussi des mélanges gazeux devant servir comme gaz étalons pour le calibrage des analyseurs. Air Products est en mesure de développer des mélanges à la demande pouvant contenir de 2 à 55 composants. "Nous avons plus de 10 000 références et nous créons en moyenne 10 nouvelles références par jour", souligne Mme Gridelet. De plus en plus, la pression réglementaire oblige à minimiser les incertitudes sur les mesures et donc en amont sur les concentrations des gaz étalons. Qu’il s’agisse de l’environnement avec des normes de plus en plus sévères, le secteur de l’automobile avec la vérification des équipements de mesure des gaz d’échappement aux cours des contrôles techniques. Ou encore le domaine du gaz naturel pour lequel sa composition détermine son pouvoir calorifique. La stabilité du mélange et l’incertitude sur les concentrations sont alors des caractéristiques primordiales. Air Products fait subir à ses bouteilles des traitements mécaniques et physiques. De plus, un revêtement inerte de la surface interne des bouteilles minimise les interactions chimiques Le producteur garantit une stabilité de 1 à 5 ans, selon les gaz.


Des gaz très spéciaux
Les gaz spéciaux sont des gaz très chers, très rares, très corrosifs, très inflammables ou des mélanges à très basses concentrations, très pures.
Chez Air Products en France, ils représentent 30 % du chiffre d’affaires des gaz conditionnés (les autres gaz sont les gaz industriels, comme le CO2, l’N2, ou les gaz médicaux).
Le marché analytique (gaz porteurs, mélanges étalons) en consomme un bon tiers (du moins chez Air Products). Le reste est utilisé dans les secteurs comme l’électronique, la plasturgie, la chimie fine… Sur ce marché, Air Products se positionne en  3ème position pour la France.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap