Le calibrateur de terrain prend le bus, pour éviter à l’opérateur de courir

Le 20/02/2007 à 0:00  

Beamex présente la version “bus de terrain” de son calibrateur MC5. Désormais disponible en versions “ Profibus PA” et “Foundation Fieldbus”, l’appareil est capable d’étalonner sur site les instruments de mesure de pression, température et grandeurs électriques.
Jusqu’à présent, pour étalonner sur site des transmetteurs connectés à un bus de terrain, il fallait surtout avoir de bonnes jambes. Le calibrateur, connecté au point de mesure, pouvait afficher la valeur du capteur étalon mais ne savait pas lire celle du capteur à étalonner. Conséquences : l’opérateur devait courir à la salle de contrôle pour lire sur le poste de commande la mesure de l’instrument. Sans avoir la garantie, qu’entre les deux lectures, les deux valeurs à comparer, n’aient pas, l’une ou l’autre, évolué. Il fallait donc faire le plus possible autant d’allers-retours que de points d’étalonnage. Ou alors il fallait être deux et s’assurer que les deux opérateurs, l’un sur site, l’autre dans la salle de contrôle, lisent bien chacun leurs valeurs en même temps. « C’est vraiment un peu du bricolage que l’on faisait » reconnaît Gérard Demeulenaere, chef produit chez Bourdon Haenni, qui distribue aujourd’hui la nouvelle version “bus de terrain ” du calibrateur MC5 de Beamex. « Il n’existait aucun calibrateur dédié à l’étalonnage des instruments de mesure raccordés à un réseau de type bus de terrain. Le nouveau calibrateur MC5 représente donc une première mondiale », précise M. Demeulenaere.
L’appareil supporte les bus de terrain Foundation Fieldbus ou Profibus PA, les deux principaux standards en instrumentation de process. Il est proposé avec l’une ou l’autre interface de communication. Celle-ci permet de récupérer les signaux numériques et de dialoguer avec les transmetteurs. Les valeurs de mesure apparaissent sur le double affichage du calibrateur de manière simultanée à celle du capteur étalon.
Le même appareil intègre une seule interface de communication numérique mais il peut en même temps communiquer avec des instruments Hart (en supportant les ordres de lecture/écriture Hart utilisés habituellement pendant l’étalonnage). Il reconnaît également les signaux analogiques classiquement utilisés par les instruments de process pour des mesures de pressions, températures et grandeurs électriques. Le calibrateur MC5 peut fournir le signal d’entrée, lire le signal de sortie, alimenter le transmetteur, régler les transmetteurs et en modifier la configuration, et documenter les résultats d’étalonnage.

Une construction modulaire
Le calibrateur MC5 peut recevoir jusqu’à 3 modules de pression interne (avec soupape individuelle de protection de surpression). Les plages de mesure vont de –1 bar à 160 bar. Le module barométrique permet d’exprimer les données en pression absolue. Le module de température comprend un bloc interne de compensation de jonction froide. Enfin, la partie électrique mesure les grandeurs électriques, y compris la fréquence, compte les impulsions et détecte l’état des commutateurs (valeurs d’ouverture et de fermeture).
Prévu pour des utilisations sur site en environnement sévère, le MC5 est proposé dans un boîtier robuste étanche IP65. Il est également disponible en version sécurité intrinsèque et conforme à la directive Atex.
L’appareil est garanti 3 ans. L’interface de communication a bien un coût de 30 à 35 % de plus que la version classique. C’est le prix d’un étalonnage moins sportif.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap