Le doublement de la durée de vie des cellules de détection de gaz réduit les coûts

Le 30/05/2011 à 15:56  

En maîtrisant la fabrication des cellules XCell,  MSA-Gallet peut annoncer des garanties de 3 ou 4 ans,  ce qui réduit les coûts d’exploitation et de maintenance pour les utilisateurs de ses détecteurs de gaz.
L’américain MSA-Gallet a étendu sa gamme de détecteurs multigaz portables avec le modèle Altair 4X. Ce dernier se distingue par sa modularité : il peut en effet détecter jusqu’à quatre gaz au maximum, à savoir les gaz combustibles, le monoxyde de carbone (CO), l’oxygène (O2) et l’hydrogène sulfuré (H2S). Il existe bien d’autres détecteurs multigaz portables sur le marché, à l’instar des Altair 4 et Altair 5 du même constructeur, par exemple. Ce qui caractérise l’Altair 4X est à chercher au sein même des cellules de mesure. « La révolution est en fait les nouvelles cellules utilisées, baptisées XCell et qui sont désormais entièrement conçues et fabriquées par MSA-Gallet. Cette maîtrise nous permet d’étendre leur garantie jusqu’à 3 ans [extension de 1 an en option, NDLR], alors que la garantie des autres cellules est de 2 ans », affirme Régis Prévost, responsable commercial instrumentation au sein de la filiale française de l’américain.
En augmentant la durée de vie des cellules jusqu’à 4 ans et en améliorant leurs performances, la société veut réduire les coûts d’exploitation et de maintenance pour les utilisateurs et limiter les temps d’immobilisation des appareils, sachant notamment que la cellule pour gaz combustibles résiste aux poisons durant toute sa vie de par son mode de fonctionnement. Les temps réduits d’étalonnage (moins de 60 s) et de test au gaz (moins de 15 s) s’accompagnent, quant à eux, d’une consommation de gaz plus faible.
Au-delà de la réduction des coûts, les cellules XCell simplifient par ailleurs la vie des utilisateurs grâce à différentes originalités. « Chaque cellule est équipée d’une électronique embarquée, qui assure une connexion numérique avec les circuits électroniques du détecteur, d’où une réduction de la sensibilité aux interférences RF, par exemple. Pour les utilisateurs, les cellules sont totalement interchangeables et un indicateur prévient du remplacement prochain d’une cellule », explique M. Prévost.
La société a poussé la simplicité d’utilisation jusqu’au niveau du boîtier lui-même grâce à la présence de larges boutons, utilisables même avec des gants, et d’un écran LCD haut contraste à rétroéclairage réglable pour une lisibilité dans toutes les situations, d’un boîtier en polycarbonate, IP67, noir ou phosphorescent, d’alarmes sonores (plus de 95 dB à 30 cm), visuelles (4 Led) et vibrantes, de la détection d’immobilité MotionAlert et de l’alarme manuelle InstantAlert… Parmi les autres spécifications (voir encadré), citons un temps de réponse et de retour à zéro inférieur à 15 s, l’enregistrement de 50 h de données et de 500 événements, etc.
Cédric Lardière

 

Caractéristiques techniques
# 5 cellules XCell : gaz combustibles, O2, CO, H2S et CO/H2S
# LIE : étendue de 0 à 100%, résolution de 1%
# O2 : 0 à 30% en volume, 0,1 % en volume
# CO : 0 à 1999 ppm, 1 ppm
# H2S : 0 à 200 ppm, 1 ppm
# Dimensions (HxLxP) : 112x76x35 mm pour 222 g
# Autonomie : 24 h (batterie Li-polymère)
# Agréments : Atex zone 0 sans cellule pour gaz combustibles, zone 1 avec cellule

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap