Régime minceur pour l’analyseur d’eau en ligne

Le 16/03/2011 à 10:25  

L’analyseur d’eau en ligne UV500 de Tethys Instruments permet de réaliser autant de mesures que le modèle précédent, mais toutes les mesures sont intégrées dans  un seul coffret de mêmes dimensions.

 

Tethys Instruments a dévoilé, à l’occasion de la manifestation Pollutec, qui s’est tenue du 30 novembre au 3 décembre 2010 à Lyon, sa nouvelle génération d’analyseurs en ligne pour l’eau (UV500) et pour les gaz (CEM500). La différence entre l’UV500 et le modèle existant UV400 saute aux yeux. « Le nouveau modèle arbore un “grand” écran TFT couleur tactile de 680x480 pixels de définition, au lieu de 320x240 pixels pour son aîné, intégré dans un coffret mural IP65 en inox 316L, qui n’était disponible qu’en option jusque-là. Il facilite ainsi la prise en main de l’appareil et procure une bien meilleure convivialité », indique Chrystelle Di Vita, chargé d’affaires de la société iséroise.
Sensibilité et répétabilité accrues
Ce n’est pas, là, la seule différence. Dans un encombrement quasi identique, l’UV500 intègre désormais l’équipement nécessaire pour mesurer simultanément jusqu’à 12 paramètres. « L’UV400 ne pouvait accueillir en son sein qu’un nombre limité d’instruments (pour seulement 5 paramètres), les autres paramètres étant disponibles via des sondes électrochimiques (conductivité, pH, oxygène dissous) et autres systèmes externes (turbidité par néphélométrie laser) », rappelle Hélène Gentileschi, ingénieur support technique et R&D du fabricant. Comme son prédécesseur, l’analyseur UV500 met en œuvre la spectroscopie UV pour la mesure des principaux polluants aqueux : demande chimique en oxygène (DCO), nitrates (NO3), phosphates (PO4), hydrocarbures, ammoniac (NH3) et sulfure d’hydrogène (H2S).
Les améliorations portent par ailleurs sur le redéveloppement des cellules brevetées et sur le réagencement interne des pièces mécaniques et optiques. «En termes de spécifications, cela se traduit par une réduction du bruit de fond et, donc, de l’amélioration de la sensibilité et de la répétabilité des mesures [voir encadré]. Il est ainsi envisageable de viser les applications d’analyse d’eau potable, en plus de celles pour les STEP [stations d’épuration], les eaux industrielles, de rivière…», ajoute Mme Gentileschi.
On retrouve les avantages de la spectroscopie UV, à savoir une très bonne stabilité dans le temps, un faible coût de fonctionnement de par l’absence d’ajout de réactifs (sauf pour les phosphates) et une durée de vie de 10 ans de la lampe au xénon(1), des temps de mesure de l’ordre de 5 secondes (une minute pour le NH3 et le H2S), etc. Pour assurer une autonomie quasi totale de l’analyseur, en évitant par exemple les dépôts dans les tuyaux ou sur les fenêtres optiques, Tethys Instruments a intégré un double système de nettoyage automatique comprenant un nettoyage par ultrason de la cellule de mesure et un cycle de nettoyage avec solution d’acide sulfurique à 5 % et zéro automatique.
L’analyseur CEM500 a quant à lui été conçu pour répondre aux demandes en contrôle de procédés DeNOx en incinération ou encore en cimenterie. Il est dédié aux gaz possédant une structure spectrale périodique, à l’instar du NH3, du dioxyde de soufre (SO2), du monoxyde (NO) et dioxyde (NO2) d’azote, du formaldéhyde, de l’acétaldéhyde. «Nous employons toujours une spectroscopie UV, associée cette fois à différents algorithmes mathématiques basés sur la FFT [transformée de Fourier]», rappelle Mme Gentileschi.
Côté caractéristiques, on retrouve en grande partie celles de l’analyseur d’eau UV500, comme les dimensions, les interfaces de communications (4-20 mA, RS-232/485, USB, Wi-Fi, Ethernet), la maintenance réduite, etc. Le CEM500 se distingue toutefois par la présence d’une pompe d’échantillonnage intégrée, d’une option d’autoétalonnage, d’un four pour maintenir la température de gaz chauds au-dessus de leur point de rosée, d’un circuit gaz en inox et de pièces optiques en silice fondue, etc. « Une version rack 19 pouces sera prochainement disponible, en complément du coffret mural, pour les applications OEM ou le remplacement d’un appareil dans une baie existante », conclut Mme Di Vita.
Cédric Lardière


 

(1) La lampe au xénon est spécifiée  pour 109 flashs, soit environ 10 ans avec un flash toutes les minutes.

 

L’analyseur UV500 en chiffres
- Mesure de NO3 : 0-100 mg/l et 0-200 mg/l
- Répétabilité et précision : 0,05 mg/l et 0,1 mg/l, ±0,03 mg/l et ±0,06 mg/l
- Mesure de NH4+ : 0-10 mg/l, 0-100 mg/l et 0-5 000 mg/l
- Répétabilité et précision : 0,2 mg/l, 0,3 mg/l et 5 mg/l, ±0,2 mg/l, ±0,3 mg/l et ±3 mg/l
- Mesure de HAP : 0-2 mg/l, 0-10 mg/l et 0-100 mg/l
- Répétabilité et précision : 0,04 mg/l, 0,2 mg/l et 2 mg/l, ±0,02 mg/l, ±0,1 mg/l et ±1 mg/l
- Mesure de H2S : 0-10 mg/l et 0-100 mg/l
- Répétabilité et précision : 1,2 mg/l et 12 mg/l, ±3 % (soit ±0,6 mg/l et ±6 mg/l)
- Débit : 0-5 l/min
- Pression : 0-5 bar
- Plage de température de l’échantillon : 0 à +80 °C
- Dimensions (HxLxP) : 525x345x260 mm pour un poids de 25 kg

 

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap