Spectrométrie Raman : l’analyseur portable se dote d’une double source

Le 18/03/2013 à 15:49  

Fondis Bioritech propose en France le Xantus 2 de Rigaku, qui est le premier spectromètre Raman portable au monde incorporant un double laser. Atout principal : il offre un très grand éventail d’analyses de matériaux.

 

Dans le domaine des solutions d’analyse de terrain, le distributeur Fondis Bioritech proposait des appareils portables basés sur les technologies FTIR, à fluorescence X et de chromatographie en phase gazeuse. En 2011, le Français a étendu son offre de spectromètres moléculaires avec le premier spectromètre Raman portable du marché, baptisé FirstGuard, de l’américain BaySpec qui a été la même année racheté par le japonais Rigaku. A l’occasion de la manifestation Pollutec 2012 (voir article ci-dessous), Fondis Bioritec a présenté le modèle Xantus 2 qui se distingue du FirstGuard par la présence d’une double source.
« Le Xantus 2 est en effet le premier spectromètre Raman portable au monde doté d’une source à deux longueurs d’onde (785 et 1064 nm). Cette double excitation offre le plus grand choix d'analyses de matériaux (produits chimiques, organiques et minéraux) sur le marché, pour les applications d'identification rapide et précise sur le terrain », explique Frédéric Rochepeau, ingénieur technico-commercial chez Fondis Bioritech. L’analyseur propose une gamme spectrale de 200 à 2 000 cm-1, une résolution de 7-10 cm-1 (à 785 nm) ou 15-18 cm-1 (à 1 064 nm), une réduction conséquente du phénomène de fluorescence lors de l'analyse, un temps d’intégration de 5 ms à 300 s…
En plus d’être moitié moins cher qu'un modèle de laboratoire, le Xantus 2 fonctionne sur secteur ou batteries, avec une autonomie de 4 h, et il ne nécessite aucune préparation des échantillons. Contrairement à d'autres techniques, le Raman autorise des analyses à travers un contenant en verre, en plastique clair ou gris. Le nouveau modèle n’est toutefois pas conforme 21 CFR Part 11, ni aussi léger que le FirstGuard, et il se présente sous la forme d’un bloc et non de pistolet.
Cédric Lardière