Spectrophotomètres : la RFID garantit la traçabilité des mesures

Le 28/11/2011 à 12:16  

Dans son dernier spectrophotomètre, Hach Lange a intégré la lecture des codes-barres et des puces RFID afin d’assurer une meilleure qualité des mesures des paramètres liés à l’eau, depuis le prélèvement jusqu’à l’analyse.

 

Lorsqu’ils réalisent des mesures de la qualité de l’eau, les opérateurs des stations d’épuration – ce qui est également le cas pour les utilisateurs intervenant sur d’autres installations (eaux de boisson, eaux de process…) – doivent s’assurer de la traçabilité des mesures. « Depuis les nombreux points de prélèvements jusqu’au laboratoire d’analyse, l’inversion de deux échantillons, la mise en œuvre d’une mauvaise méthode d’analyse ou une date d’expiration de kit dépassée sont autant de sources d’erreur potentielles. Sachant que les opérateurs travaillent dans l’urgence et qu’ils ne sont pas des chimistes de formation », constate Frédéric Soumet, directeur des ventes pour la partie Laboratoire de Hach Lange France.
Fort de ce constat, le fabricant américain a dévoilé son nouveau spectrophotomètre de laboratoire DR 3900 (voir notre article page 60), en mettant l’accent sur les bénéfices que peuvent apporter les technologies de codes-barres et de RFID. « Il s’agit de fiabiliser la mesure en s’assurant de la qualité de l’appareil et des méthodes, via l’IBR [Integrated Barcode Reading, NDLR], et de garantir la traçabilité en pistant les échantillons avec une puce RFID. Cela permet alors d’écourter le temps entre le prélèvement et la mesure », poursuit Frédéric Soumet.
Etalonner in situ les sondes de process
Si l’intégration de ces technologies ne se fait que maintenant, c’est parce que leur coût a baissé et ne vient ainsi plus grever celui des spectrophotomètres. La lecture des codes-barres 2D, en plus des codes-barres traditionnels pour la reconnaissance du paramètre, de la longueur d’onde et de l’échelle de mesure, nécessite par exemple une caméra intégrée et il faut également un kit RFID pour l’identification des échantillons (un “localisateur”, deux étiquettes pour les opérateurs, quinze étiquettes pour les échantillons…).
La qualité des mesures revêt par ailleurs un autre visage : la possibilité de corréler les mesures de process avec celles obtenues en laboratoire. Le lien bidirectionnel Link2sc permet de renvoyer la pente réétalonnée d’une sonde de process dans le transmetteur sc1000 ou sc200, une fois mis à jour via une carte mémoire SD. Pour une meilleure connectivité, le spectrophotomètre DR 3900 dispose également des ports USB et Ethernet, d’un écran TFT couleur tactile…
Cédric Lardière

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap