A mi-chemin entre CCD et CMOS, Basler imagine un nouveau capteur d’image

Le 11/07/2008 à 17:48  

Avec ses caméras linéaires Sprint, Basler associe la sensibilité offerte par les capteurs CCD à la vitesse de lecture élevée (jusqu’à 140 kHz) propre aux capteurs CMOS. Il adresse ainsi les applications de vision les plus exigeantes.

Les caméras linéaires Sprint, introduites par l’Allemand Basler en fin d’année dernière, intègrent un capteur “hybride” d’un nouveau genre. A mi-chemin entre un CCD et un CMOS, il associe les avantages de l’un et de l’autre. Pour comprendre l’astuce, un petit rappel s’impose. Dans un capteur CMOS, la surface de chaque pixel est divisée en deux zones : l’une est photosensible, l’autre est affectée au traitement et au stockage. La présence de cette zone “morte” induit une perte de sensibilité et une dégradation du rapport signal sur bruit. Dans les caméras Sprint, chaque pixel est bien associé à son électronique de traitement et de stockage, mais celle-ci est déportée… un peu comme un CCD.
En fait, le capteur ne comporte pas une, mais deux lignes de pixels. La deuxième peut être utilisée pour doubler la fréquence d’acquisition (jusqu’à 2 x 70 kHz), ou bien la quantité de lumière reçue. « En fonction de l’application, on peut donc favoriser soit la vitesse de lecture, soit la sensibilité », souligne Sébastien Désessard, responsable des ventes pour la France chez Basler. La fonction est programmable par l’utilisateur. C’est lui qui choisit le paramètre qu’il souhaite. L’autre intérêt de ces capteurs réside dans le traitement de la couleur. Sur un capteur standard, l’ajout d’un filtre de Bayer s’accompagne d’une division par trois de la résolution. Dans le cas de la caméra Sprint, un algorithme effectue une interpolation de la couleur de chaque pixel en prenant en compte ceux qui l’entourent. On peut ainsi utiliser la caméra pour des applications de vision couleur avec une haute résolution. Cette caméra est avant tout destinée aux applications rapides (contrôle d’impression, contrôle de rails, etc.) ou dans lesquelles on ne peut pas utiliser des éclairages de forte puissance (agroalimentaire par exemple). « Les premiers résultats ont confirmé que le modèle Sprint est quatre fois plus sensible que les autres caméras présentes sur le marché », indique Sébastien Désessard. La caméra offre aussi la possibilité d’utiliser des éclairages moins puissants, et de réaliser ainsi des économies en termes de consommation d’énergie. « Elle conduit en fait à “repenser” le couple éclairage/caméra », résume Sébastien Désessard. La caméra est proposée par Basler et par Techway, seul distributeur de Basler en France.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap