La broche du micromètre avance en un temps record

Le 25/04/2008 à 18:37  

Grâce à une vitesse d’avance élevée, le micromètre QuantuMike de Mitutoyo offre un précieux gain de temps lors de la mesure. Autres atouts, sa robustesse et la possibilité de verrouiller les touches pour éviter les erreurs de manipulation.


Rien ne distingue a priori le QuantuMike d’un micromètre “classique”. Il a la même apparence, la même taille, et le même principe de fonctionnement. Ce n’est qu’en le prenant en main, et en tournant le tambour, que l’on s’aperçoit de la différence. « Lorsque l’on effectue un tour de tambour avec un micro-mètre classique, la broche avancehabituellement de 0,5 mm. Avec le QuantuMike, elle avance de 2 mm », souligne Bruno Lefebvre, directeur général de Mitutoyo France. On pourrait croire que la différence est minime. Pourtant elle permet à elle seule de réduire les temps d’approche de 50 à 60 %, et donc de gagner beaucoup de temps… Le tout en gardant la même résolution que les micromètres classiques (± 1 µm).
Pour Mitutoyo, il s’agit d’un réel pas en avant par rapport à ce qui existait jusqu’à présent sur le marché. Derrière cette particularité se cache un développement spécifique breveté beaucoup plus complexe qu’il ne paraît. « Tout repose sur le procédé de fabrication d’une vis micrométrique de haute précision dotée d’un pas de 2 mm, et sur le développement d’un codeur angulaire offrant une résolution quatre fois supérieure à ce que l’on rencontre habituellement », explique Bruno Lefebvre.

Evitez les erreurs
L’autre particularité du micromètre est qu’il rassemble à lui seul des caractéristiques que l’on trouvait jusqu’à présent dans des instruments différents. Pour tourner la broche, par exemple, on peut toujours utiliser le tambour ou l’embout de plus petit diamètre (appelé avance rapide), mais avec une originalité: le mécanisme de cliquet, qui est habituellement présent sur le tambour ou sur l’avance rapide, est ici présent sur les deux éléments.
Pour éviter les fausses manipulations ou les erreurs de mesures, on peut verrouiller les touches du micromètre, ou être averti d’une quelconque anomalie (une batterie faible, par exemple). Avec un indice d’étanchéité IP65, le QuantuMike se distingue aussi par sa robustesse, tout comme le câble qui permet de le raccorder à une imprimante thermique ou à un PC. Signalons enfin la présence d’une échelle graduée sur la douille (pour visualiser le déplacement de la broche), et d’une fonction d’extinction automatique du micromètre au bout de 20 minutes sans utilisation.
Les autres caractéristiques sont plus classiques. Comme de nombreux autres instruments de mesure proposés par Mitutoyo, le micromètre offre une sortie numérique spécifique (appelée sortie Digimatic) pour la transmission des données à un PC ou à une imprimante. Enfin, si plusieurs utilisateurs souhaitent différencier le micromètre qu’ils utilisent, il est toujours possible d’ajouter aux instruments des capuchons de couleurs différentes. Le QuantuMike est disponible entre 199 et 348 euros (suivant l’étendue de mesure et la présence, ou pas, d’une sortie de données). Il sera présenté pour la première fois au salon Industrie Paris 2008, qui se tiendra du 31 mars au 4 avril prochain au Parc des expositions de Villepinte. Pour marquer l’importance de ce nouveau produit dans son offre, Mitutoyo réalisera des animations spécifiques.

Avec des ateliers de démonstration et la projection de vidéos, tout, sur le stand, rappellera le lancement du nouvel instrument. Et pour cause. « Avec sa vitesse d’avance de 2 mm/tour, nous sommes persuadés que le QuantuMike est le pionnier des futures générations de micromètres », assure Bruno Lefebvre.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap