La photogrammétrie à la portée de tous

Le 20/12/2011 à 10:20  

Avec le MaxShot 3D, Creaform ajoute à son offre un système de mesure 3D optique basé sur la photogrammétrie. La caméra est associée à un logiciel qui guide l’opérateur tout au long de l’acquisition. 

Dans le principe de mesure, il n’y a rien de nouveau. Le MaxShot 3D de Creaform est une solution optique de mesure 3D par photogrammétrie. Il faut donc placer sur la pièce à mesurer un certain nombre de cibles, puis utiliser une caméra pour réaliser différentes prises de vues de la pièce. Le logiciel associé calcule alors les coordonnées des points en 3D. Ce qui distingue le MaxShot 3D d’autres systèmes basés sur le même principe, c’est sa simplicité d’utilisation. Pas besoin d’être un expert en photogrammétrie pour réaliser les mesures: l’appareil est associé à un assistant logiciel qui guide l’opérateur pas à pas. Et les résultats s’affichent quasiment en temps réel, tout au long de l’acquisition. «Jusqu’à présent, il fallait prendre toute une série de clichés avant de commencer à voir un résultat sur l’écran associé. Avec le MaxShot 3D, il s’affiche dès la troisième photo. L’opérateur voit apparaître son fichier de positionnement (avec le repère 3D, les pastilles, la barre d’échelle, etc.), il sait si ses photos sont correctes ou pas, s’il a besoin d’en prendre davantage, etc. Bref, il voit ce qu’il fait à chaque étape. Cette interaction avec le logiciel facilite grandement la mesure», explique Grégory Lepez, directeur des ventes France chez Creaform.
Autre intérêt du MaxShot 3D, sa compatibilité avec les scanners laser ou les systèmes de mesure par palpage que propose déjà la société. Il est ainsi possible de combiner les différentes solutions pour accroître la précision de la mesure 3D. La photogrammétrie génère un fichier de positionnement dans le logiciel VXelements. A l’issue du calcul, le scanner ou le système de palpage utilise ce modèle pour déterminer sa position dans le volume de mesure. Ainsi toutes les données sont associées dans le même repère. Par rapport à l’emploi d’un scanner laser seul, on peut mesurer des pièces de grandes dimensions sans dégrader l’exactitude de mesure. Grâce à la caméra de photogrammétrie, la précision s’élève à 25 µm/m. Le coût du système complet (comprenant la caméra, le logiciel VXelements, les cibles, la barre d’échelle, etc.) est de 21900 €.

Marie-Line Zani-Demange
 

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap