Le capteur de vision se configure en 1 minute

Le 16/04/2012 à 18:21  

[exclus="C++","capteur","dynamique"]Moins d’une minute, c’est le temps qu’il faut pour configurer le capteur de vision de la série IV conçu par Keyence. L’outil, très simple à utiliser, offre aussi plusieurs fonctions innovantes. Parmi elles, un autofocus et une fonction HDR (haute dynamique).

Rendre la vision de plus en plus accessible à l’utilisateur final, faire en sorte que l’industriel configure son système sans être un spécialiste du traitement d’images, c’est l’objectif que poursuivent désormais la plupart des fournisseurs de vision… En développant les capteurs de la série IV, Keyence en a fait une priorité. Ces systèmes de vision se distinguent tout d’abord par leur facilité de configuration. Le paramétrage s’effectue en quatre étapes via une interface graphique simplifiée à l’extrême. Pas besoin d’être un spécialiste, « le capteur est réellement très simple à mettre en œuvre. Le plus souvent, moins d’une minute suffit », indique Cédric Jouan, responsable du support technique du constructeur. Pour cela, l’utilisateur peut employer un petit écran tactile et un stylet, ou paramétrer le capteur à l’aide d’un logiciel (proposé gratuitement avec le produit).
Un capteur de haute dynamique
Par ailleurs, les modèles de la série IV proposent plusieurs fonctions innovantes qui s’activent automatiquement, et restent donc totalement transparentes pour l’utilisateur. Parmi elles, on notera en particulier la présence d’un autofocus. « Ces capteurs sont les seuls, dans leur gamme de prix, à disposer de cette fonctionnalité. La netteté s’ajuste automatiquement à l’aide d’un moteur de mise au point spécifiquement développé pour la série IV », souligne Cédric Jouan. De même, il n’est pas nécessaire de régler des seuils de tolérance lors de l’apprentissage. Le capteur dispose là aussi une fonction de réglage qui détermine automatiquement les tolérances (une fois qu’on lui a montré les pièces bonnes et mauvaises). Autre atout, un mode HDR* (haute dynamique) qui élargit la plage de sensibilité du capteur. La fonction se déclenche de manière automatique suivant les besoins. Elle réduit la saturation du capteur lors du contrôle de pièces réfléchissantes, et s’avère particulièrement utile lorsque l’élément à contrôler comporte à la fois des zones sombres et brillantes. Enfin les capteurs de la série IV intègrent également un système de correction automatique de l’intensité lumineuse et un filtre de polarisation pour les cibles brillantes.
Malgré leur simplicité, ces capteurs restent une solution flexible, capable de répondre à un grand nombre d’applications : présence/absence de pièces ou d’étiquettes, défaut d’alignement ou d’orientation, reconnaissance d’éléments selon leur couleur, etc. La fiabilité de la détection est assurée par un
algorithme de traitement d’images basé sur une reconnaissance de contours.
8 modèles différents
Les modèles de la série IV se présentent dans un boîtier compact affichant un indice d’étanchéité IP67. Celui-ci intègre à la fois un capteur de 752x480 pixels, le traitement d’images, l’éclairage et une interface Ethernet. Huit capteurs différents sont proposés pour répondre aux différentes particularités des applications : des versions couleur ou monochromes offrant une mise au point manuelle ou automatique, des modèles dotés de différents champs de vision, temps d’exposition (jusqu’à 1/25 000 pour les fortes cadences) ou distances de détection (jusqu’à 2 mètres). Parmi les marchés ciblés, on retrouve, entre autres, le secteur de l’emballage, le travail du métal, l’automobile, l’électronique ainsi que les industries pharmaceutiques ou agroalimentaires.
Marie-Line Zani-Demange

 

*Lire à ce propos l’article
La technologie HDR dope la dynamique des capteurs d’images” publié dans le numéro 828 en octobre 2010

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap