Le contrôleur de vibrations joue la carte de la modularité

Le 14/02/2012 à 13:44  

Avec les contrôleurs de vibrations 7541 et 7542, Brüel & Kjaer propose une offre modulaire destinée à simplifier la mise en œuvre des essais. Il est possible de les associer à la plate-forme d’acquisition Pulse et de gérer l’ensemble à l’aide d’un seul PC.

Lors des phases de développement d’un produit ou lors de tests d’endurance, il est souvent nécessaire de simuler l’environnement vibratoire auquel les composants ou les ensembles seront soumis durant leur cycle de vie. On utilise pour cela des capteurs, des excitateurs et des contrôleurs de vibrations. Par rapport aux systèmes d’acquisition qui enregistrent et analysent de manière passive les phénomènes vibratoires, le contrôleur est un système actif permettant de s’assurer que le signal de consigne envoyé est bien celui qui est appliqué au produit testé. C’est pour faciliter la mise en œuvre de ces applications que Brüel & Kjaer a lancé les contrôleurs 7541 (2-4 voies) et 7542 (4-8 voies). Ces systèmes se distinguent en premier lieu par leur modularité. Pour les tests nécessitant un grand nombre de voies, par exemple, il est possible d’associer jusqu’à 8 boîtiers 7542 qui sont synchronisés simplement via une liaison Ethernet, et de gérer les 64 voies obtenues à l’aide d’un seul PC.
Pour les utilisateurs qui ont besoin d’un grand nombre de voies de mesure, mais d’à peine quelques voies de contrôle, un ou plusieurs contrôleurs peuvent aussi être associés et synchronisés à la plate-forme d’acquisition Pulse du fabricant. On peut alors former une solution complète offrant jusqu’à 64 voies de contrôle et 1 000 voies de surveillance. Ainsi, plutôt qu’acheter un contrôleur relativement onéreux assurant à la fois l’acquisition et le pilotage (et doté d’un nombre fixe de voies), ou deux solutions séparées d’acquisition et de pilotage (nécessitant deux PC), « l’utilisateur bénéficie d’une solution adaptée à son besoin réel et dotée d’une grande souplesse de configuration », indique Miguel Marous, responsable commercial de l’activité VTS chez Brüel & Kjaer.

Un fonctionnement autonome, sans fil

Autre point fort des contrôleurs, leur mode de communication. La gestion d’un ou de plusieurs modules peut être assurée à distance, par n’importe quel poste de travail, à partir d’une liaison Wi-Fi. Une fois que l’on a configuré les paramètres des tests, ils fonctionnent de manière autonome, sans être en permanence connectés à un PC. Ils intègrent d’ailleurs un écran pour que l’opérateur visualise les informations souhaitées durant l’essai.
Autre nouveauté, les contrôleurs sont dotés de deux convertisseurs analogiques/numériques (au lieu d’un seul). « De plus en plus de profils d’essais nécessitent une grande dynamique de mesure, indique Miguel Marous. Grâce aux deux convertisseurs, la dynamique obtenue s’élève à 130 dB, alors qu’elle se situe habituellement autour de 100 à 110 dB. Cela permet là encore de gagner du temps et de simplifier les procédures de tests. »
Enfin, tous les paramètres et les résultats de l’essai sont sauvegardés dans un PC, au sein d’une base de données spécifique. Pour faciliter l’accès aux informations, le fabricant a développé une sorte de moteur de recherche par mot-clé à l’intérieur de la base de données.
Les deux nouveaux contrôleurs bénéficient des fonctions habituelles de contrôle et d’analyse (sinus, recherche de résonance, choc, aléatoire et sinus sur aléatoire, spectre de réponse aux chocs et réplication de signaux temporels). Ils sont disponibles dans une fourchette de prix allant de 5 000 à 30 000 euros, suivant le nombre de voies et la configuration choisie.
Marie-Line Zani-Demange

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap