Le laser de mesure se libère du câblage

Le 22/01/2008 à 0:00  

La communication sans fil n'est pas le seul atout du laser Scan Arm V3 de Faro. Associé à un bras de mesure 3D, cette solution gagne en rapidité et affiche une incertitude de mesure de 35 micromètres.
Le laser Scan Arm V3 a été présenté à la presse en décembre dernier. A cette occasion, Laurent Benamou, responsable de Faro France, ne cachait pas son enthousiasme. « Ce laser est un produit phare de notre gamme de systèmes de mesure 3D portables. Il présente des avantages que l'on ne trouve nulle part ailleurs sur le marché ». La V3 est, comme son acronyme l'indique, la troisième version de laser Scan Arm. La V1, introduite par Faro en 2003, offrait déjà un caractère innovant. C'était la première fois qu'un scanner laser se raccordait à côté du palpeur à contact sur un bras de mesure à sept axes. Palpeur et scanner étaient utilisables sans démonter l'un ou l'autre composant. Le champ d'applications, du coup, est beaucoup plus large qu'avec un bras classique. Grâce au laser, il est possible de réaliser des contrôles à grande vitesse et d'inspecter tout type de pièces (y compris les matériaux fragiles, déformables ou les surfaces de forme gauche).

Le V3 repose sur le même principe. Associé au bras de mesure à sept axes Quantum, il forme une solution intégrée à deux têtes (un scanner et un palpeur à contact), que l'on peut utiliser indifféremment suivant les besoins de l'application. Mais les ressemblances s'arrêtent là. Par rapport aux deux premières versions, la V3 présente trois évolutions majeures. La précision, tout d'abord, est de 35 micromètres (en comptant à la fois l'incertitude de mesure du bras et celle du laser), contre 50 micromètres pour la V2. Pour en arriver là, Faro a réalisé de nombreux développements spécifiques notamment au niveau des codeurs qui équipent le bras ou des composants optiques de la tête laser.

Deuxième innovation: le bras de mesure communique avec le PC à travers une liaison sans fil Bluetooth. « Jusqu'à présent, il y avait le câble d'alimentation du bras, celui de l'alimentation du scanner, et le câble USB qui reliait le bras au PC... Désormais, le bras et le scanner sont alimentés par une batterie Li-Ion intégrée dans le bras, et celui-ci communique avec le PC grâce à une liaison radio », indique Laurent Benamou. Plus besoin, donc, de faire suivre son PC dans l'atelier, au milieu des poussières et des projections d'huile. Plus besoin non plus de manœuvrer le bras en faisant attention de ne pas emmêler les différents câbles. Quant au choix de Bluetooth, il s'explique par le fait que « ce protocole nous paraît le plus simple, le plus sécurisé et le mieux adapté à une utilisation en atelier de production », poursuit Laurent Benamou.

Troisième atout: le scanner laser V3 arrive à la température optimale d'utilisation en 15 minutes alors qu'il en fallait 30 pour la version précédente. Si la solution "idéale" consiste à raccorder le Scan Arm V3 aux bras de mesure Quantum, le laser fonctionne également sur les autres bras à sept axes du constructeur. Le bras Quantum et le laser Scan Arm V3 sont disponibles à partir de 75 000 euros. L'ensemble vise les mêmes applications qu'un bras de mesure classique (contrôle 3D, prototypage rapide, modélisation 3D, rétroconception, etc.).

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap