Le microphone devient “universel”

Le 31/08/2009 à 14:45  

Le microphone 4961 de Brüel & Kjaer offre une réponse optimisée dans les applications acoustiques complexes, en dehors des conditions idéales de champ libre ou de champ diffus.
Pour réaliser une application de mesure acoustique, il n’y a que deux situations. Soit on se trouve dans des conditions de mesures en champ proche ou en champ diffus, auquel cas on dispose de microphones spécifiques adaptés à ces applications. Soit on se situe en dehors de ces conditions idéales. Dans ce cas, il n’existe pas d’outil dédié. Il faut alors trouver un compromis et utiliser le microphone de champ proche ou de champ diffus le plus adapté… avec le risque de fausser les mesures. « Utiliser un microphone de champ diffus en champ libre, par exemple, peut conduire à une erreur de l’ordre de 6 dB à haute fréquence », indique Philippe de Cordemoy, responsable capteurs conditionneurs chez Brüel & Kjaer. Avec le microphone 4961 que vient de lancer la société, plus besoin de faire des compromis. « Ce modèle offre une réponse en fréquence optimisée quel que soit le champ acoustique dans lequel il se trouve », assure Philippe de Cordemoy. Bien sûr, si l’on se trouve dans des conditions réelles de champ libre ou de champ diffus, mieux vaut utiliser les microphones dédiés à cet effet. Le nouveau modèle est au contraire destiné aux applications où l’on se trouve en dehors de ces conditions idéales, ou dans un environnement acoustique complexe (champs variables, non prévisibles, etc.). C’est le cas par exemple des mesures réalisées à l’intérieur de véhicules et de cabines d’avions, où des bruits de plusieurs sources apparaissent à des moments et à des endroits différents.
Le microphone, omnidirectionnel, délivre la même réponse quelle que soit l’incidence du son. Il se distingue aussi par des caractéristiques jusqu’à présent inédites dans les capteurs 1/4”. « Ces derniers sont employés en général pour perturber le moins possible le champ acoustique dans lequel ils sont placés. Mais le niveau de bruit est alors plus important qu’avec un microphone 1⁄2” (de l’ordre de 35 dBa) et la sensibilité est plus faible (moins de 20 mV/Pa) », souligne Philippe de Cordemoy. Ici le niveau de bruit n’est que de 20 dBa, et la sensibilité s’élève à 65 mV/Pa. Enfin, le microphone 4961, entièrement construit en titane, bénéficie d’une meilleure tenue à la corrosion, et d’une faible sensibilité aux champs magnétiques.

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap