Le scanner laser travaille plus vite et de plus loin

Le 15/09/2009 à 12:09  
default-image-3074

Les scanners laser Photon 20 et 120 de Faro offrent une vitesse d’acquisition allant jusqu’à 976 000 points/s, et une distance de travail particulièrement élevée. Ils sont associés à un nouveau logiciel qui reconnaît les cibles et recale automatiquement les scans réalisés.
Lorsque Faro développe un nouveau modèle pour élargir sa gamme de scanners laser Photon, c’est forcément pour améliorer une caractéristique spécifique : la vitesse d’acquisition, la distance de travail, ou encore la qualité des résultats. Avec les modèles Photon 20 et 120, il a joué sur tous les tableaux. La vitesse, tout d’abord, atteint 976 000 points par seconde. Soit huit fois plus que les modèles de la génération précédente, et presque le double des scanners laser à décalage de phase les plus rapides du marché. Ce résultat est le fruit de développements spécifiques pour lesquels Faro a déposé de nouveaux brevets. Difficile donc d’en savoir plus, si ce n’est qu’il a entre autres cherché à accroître la vitesse de rotation du miroir intégré… L’autre amélioration notable, c’est la distance de travail. « Alors qu’elle s’élève à 80 mètres maximum pour les scanners laser à décalage de phase actuels, elle atteint jusqu’à 120 mètres, voire 150 mètres dans certaines conditions avec le Photon 120 », assure Christophe Bernard, responsable région France Nord chez Faro. Cette portée accrue permet d’inspecter des pièces de gros volumes ou des bâtiments entiers sans avoir à repositionner l’appareil. Enfin, Faro a aussi ajouté de nouveaux filtres au capteur intégré dans les deux modèles, afin de diminuer le bruit et d’accroître la qualité des mesures.
En termes d’applications, ces appareils visent les mêmes domaines que les scanners laser des générations précédentes. Les Photon 20 et 120 sont en effet destinés à la numérisation et l’inspection 3D dans l’architecture, les ouvrages d’art, l’industrie (pour la numérisation de pièces de grands volumes, la documentation 3D d’usines ou de bâtiments, etc.). La précision reste elle aussi relativement classique, puisqu’elle est de l’ordre de 2 millimètres à une distance de 25 mètres.
Un recalage automatique
Parallèlement aux améliorations apportées à ses scanners laser, Faro a aussi développé une nouvelle version du logiciel de traitement Faro Scene. Cette version (V4.6) est destinée à faciliter la tâche de l’utilisateur et à lui faire gagner du temps. Elle assure la reconnaissance des cibles placées sur le volume à inspecter, et la reconstitution automatique de tout le volume en recalant les différents scans. « Ainsi, un projet de moyenne ampleur qui nécessitait plusieurs jours de travail pour 300 numérisations est désormais réalisé en quelques heures », estime Bernd Becker, directeur marketing et responsable produits chez Faro.
La version 4.6 est bien sûr compatible avec les Photon 20 et 120, mais également avec les scanners laser précédents. De même, il est possible de faire évoluer les anciens appareils pour obtenir les caractéristiques des deux nouveaux scanners.
Pour l’avenir, Faro prévoit encore d’autres évolutions afin d’améliorer la performance de ces instruments. « Les scanners laser à décalage de phase ont beaucoup de potentiel. Je pense que nous n’avons pas encore exploité 10 % des possibilités de ces systèmes », ajoute Christophe Bernard. En attendant, les Photon 20 et 120 seront disponibles dès cet été. Leur coût se situe entre 70 000 et 100 000 euros.

 

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap