Mesure dimensionnelle : le laser radar réduit les temps d’inspection

Le 07/03/2011 à 15:24  

Avec son dernier laser radar, Nikon Metrology raccourcit  les temps de mesure des pièces de grands volumes.  Par rapport à la photogrammétrie ou au laser tracker,  la technologie offre des avantages certains.

 

Dans la mesure de grands volumes, Nikon Metrology a une particularité. Contrairement à la plupart des fournisseurs de métrologie industrielle qui proposent des systèmes de photogrammétrie ou des lasers trackers, le fabricant a misé sur une autre technologie : le laser radar. Avec les modèles MV330/350, il introduit la troisième génération d’appareils basés sur ce principe. « En améliorant les composants électroniques internes, nous avons fait passer la vitesse de mesure de 500 à 2 000 points/seconde, indique Loïc Marquet, ingénieur préventes. Par ailleurs, ces modèles offrent un meilleur rapport signal/bruit, ce qui conduit à des mesures plus répétables ». Le contrôle s’effectue sur une plage allant jusqu’à 30 ou 50 mètres (suivant les modèles), avec une résolution de 1 µm sur la mesure de distance.
Avec cette annonce, le fabricant trouve aussi une nouvelle occasion de défendre la technologie qu’il utilise. Il faut dire qu’elle offre plusieurs avantages. Comme la photogrammétrie ou le laser tracker, elle autorise un contrôle sans contact des pièces de grandes dimensions. Mais elle ne nécessite pas l’utilisation de cibles ou de rétroréflecteurs sur rotule (SMR). La préparation de la mesure est donc très rapide et l’inspection peut être totalement automatisée. Grâce au principe de modulation de fréquences utilisé par le laser radar, il lui suffit d’acquérir une très petite partie du rayon laser réfléchi pour effectuer une mesure. « La solution peut donc être utilisée pour inspecter des pièces très réfléchissantes ou très sombres, ou des surfaces de n’importe quelle couleur avec des angles d’incidence importants », précise Loïc Marquet. Enfin la mesure de trous ou d’arêtes est plus rapide à réaliser qu’avec les autres technologies (qui exigent parfois un adaptateur de cible pour chaque trou).
Les applications sont nombreuses, en particulier dans l’aéronautique (ailes d’avions, fuselages, pales de moteurs à réaction…), la marine (inspection des coques de bateaux, des hélices, etc.), l’énergie (panneaux solaires, pales d’éoliennes, turbines, etc.), les communications (antennes, satellites) ou encore la fonderie, pour le contrôle de pièces chaudes en sortie de four.
Marie-Line Zani-Demange

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap