“Picking” : le rayon optique guide l'opérateur en toute simplicité

Le 03/05/2006 à 0:00  

Destiné à faciliter la tâche des opérateurs sur les lignes de montage et d'assemblage, le système d'aide au choix K50 de Banner intègre le voyant lumineux et la cellule opto dans un même boîtier IP67 en forme de dôme translucide.
Sur les postes d'assemblage manuel, les opérateurs ont face à eux de multiples casiers remplis de pièces qu'ils doivent saisir, l'une après l'autre, selon un ordre bien établi, pour les monter sur la structure à assembler. Afin de leur faciliter le travail, les postes d'assemblage sont souvent équipés de systèmes optiques qui guident l'opérateur dans la prise des différentes pièces, et l'alertent (par un signal lumineux ou sonore) en cas d'erreur. Les systèmes se présentent sous diverses formes : rideaux laser multifaisceaux, voyants lumineux associés (ou pas) à un détecteur, etc.
Le détecteur K50 que vient d'introduire Banner est destiné à cette application d'aide au choix (ou “picking”). Il est notamment destiné aux applications de montage et d'assemblage dans le domaine de l'automobile, et plus généralement dans toutes les applications nécessitant le montage manuel d'une grande diversité de pièces. Sa particularité ? « Par rapport aux systèmes actuels, qui sont constitués de l'assemblage d'une cellule opto et d'un voyant lumineux indépendants, le K50 est à notre connaissance le seul système de picking réellement “intégré” », indique Emmanuel Quellier, responsable produits Banner chez Turck-Banner. La cellule photoélectrique est dans le même boîtier que le témoin lumineux. Un voyant vert indique à l'opérateur qu'il peut saisir une pièce dans le bac situé au-dessous. S'il est rouge, il lui signale qu'il s'est trompé de bac.
L'autre particularité est visuelle. Le K50 se présente sous la forme d'un demi globe translucide de 50 mm de diamètre. Il est plus lumineux que les voyants circulaires classiques, mais aussi plus robuste (avec un indice d'étanchéité IP 67).
Comme une cellule opto “classique”, le K50 se raccorde au moyen d'un câble ou d'un connecteur standard M12. Il est utilisable en détection directe, avec suppression d'arrière-plan, ou sur réflecteur. Suivant les cas, la distance de détection s'étend de 50 millimètres à 2 mètres.
« Contrairement aux boutons tactiles associés à des témoins lumineux, que l'on utilise le plus souvent pour des départs de cycle, le système K50 est réellement dédié aux applications de picking, souligne M. Quellier. Il peut aussi remplacer avantageusement les systèmes multifaisceaux en apportant une solution moins onéreuse ». Le coût du K50 avoisine en effet une centaine d'euros.

Quelques caractéristiques
· Temps de réponse : 3 ms
· Sortie sur transistor PNP ou NPN
· Hauteur du dôme : 37 mm
· Tension d'alimentation : 12-30 V
· Température d'utilisation : de – 20 à 50 °C
· Câble de 2, 5 ou 9 m

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap