Mitsubishi Electric présente son premier vrai robot collaboratif

Rédigé par  vendredi, 02 mars 2018 14:25
Conforme aux normes de cobotique en vigueur, le premier véritable cobot signé Mitsubishi Electric reprend à son compte tous les codes de cobotique en termes de facilité d'installation et d'utilisation, tout en conservant la précision de répétabilité de ± 0,02 mm des robots industriels du japonais. Conforme aux normes de cobotique en vigueur, le premier véritable cobot signé Mitsubishi Electric reprend à son compte tous les codes de cobotique en termes de facilité d'installation et d'utilisation, tout en conservant la précision de répétabilité de ± 0,02 mm des robots industriels du japonais. Mitsubishi Electric
Le japonais envisage de lancer dans les prochains mois son premier véritable cobot. Et si Mitsubishi Electric a pris son temps, c'est pour mieux répondre aux besoins de ses clients. Un prototype sera présenté au prochain CFIA qui se tiendra en mars à Rennes.
Alors que la plupart des ténors de la robotique industrielle classique proposent déjà à leur catalogue au moins un robot collaboratif (ou cobot), Mitsubishi Electric dont la réputation n'est plus à faire en matière de robots industriels, faisait jusqu'ici figure de retardataire en matière de cobots. Mais le japonais compte bien rattraper son retard dans les prochains mois avec la sortie prévue de son premier véritable cobot. La société en a d'ailleurs dévoilé un prototype simultanément au dernier salon SPS IPC Drives de Nuremberg et lors de l'International Robot Exhibition (iREX), de Tokyo qui se sont déroulés en novembre dernier.Le prototype sera également exposé sur le stand de Mitsubishi au prochain CFIA qui se tiendra en mars à Rennes.
 
Mais peut-on véritablement parler de retard pour Mitsubishi ? « L'important lorsqu'on lance un produit, ce n'est pas forcément d'être le premier sur le marché, mais plutôt d'avoir le bon timing pour arriver avec le bon produit au bon moment, et je pense qu'aujourd'hui, avec notre premier cobot, ces conditions sont réunies », argumente ainsi Olivier Jourdon, responsable grands comptes pour la division Automatisation Industrielle de Mitsubishi Electric Europe.
Mais le challenge n'a pas été simple car il a fallu résoudre une équation complexe. « D'un côté, avec notre expérience de 40 ans en robotique industrielle, nos clients attendent de nous que nous leur fournissions des produits fiables et de qualité, comme ce à quoi ils ont été habitués avec nos modèles industriels pendant des décennies. De l'autre, il fallait que notre nouveau produit reprenne tous les codes de la cobotique, non seulement en termes de sécurité intrinsèque –afin qu'il puisse fonctionner sans cage de protection, dans le même espace que l'opérateur et sans danger pour ce dernier – mais également au niveau de la simplicité d'installation et d'utilisation. Et bien sûr, il fallait qu'il soit conforme aux normes de cobotique TS 15066 et ISO-10218-1 en vigueur. Si je devais résumer notre philosophie pour ce premier cobot, je dirais que nous avons essayé d'associer le meilleur de la robotique industrielle et de la cobotique au sein d'un même produit », explique M. Jourdon.
 
Les performances même du robot collaboratif de Mitsubishi font état de cette dualité. Ainsi, le cobot du japonais affiche-t-il une précision de répétabilité de ±0,02mm, digne des performances de ses robots industriels, et cela malgré l'utilisation de capteurs de force et de couple sensibles. Mais sa capacité de charge (entre 5 et 6kg) et sa portée (entre 800 et 1000mm) rappellent qu'il s'agit bien d'un cobot. Sa vitesse maximale aussi, à savoir 1m/s.
 
Grande facilité d'installation et d'utilisation
Comme annoncé, Mitsubishi Electric s'est attaché à faciliter l'utilisation du cobot par l'opérateur, avec des options de contrôle et de programmation annoncées comme uniques à ce jour. Un terminal opérateur à écran tactile, qui peut être raccordé au robot, fournit une interface homme-machine intuitive pour « enseigner » au cobot sa tâche, et cela sans aucune expertise de programmation particulière grâce à un logiciel lui aussi intuitif basé sur une représentation graphique des fonctions et comprenant tout un panel de fonctionnalités préprogrammées. La fonctionnalité d'apprentissage inclut notamment un mode de «contrôle direct» qui permet à l'opérateur de déplacer le cobot d'une position à une autre, manuellement et avec une force contrôlée. Une fois l'installation terminée, le terminal opérateur est facilement retiré pour donner au robot une totale liberté de mouvement.
Dernière modification le vendredi, 02 mars 2018 14:25
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

25/09/2018 - 28/09/2018
Micronora
25/09/2018 - 27/09/2018
Sepem Avignon
27/09/2018 - 27/09/2018
Journée technique de l'Exera
03/10/2018 - 04/10/2018
Journées nationales de la mesure (J’M)
11/10/2018 - 11/10/2018
Journée technique de l'IO-Link France
16/10/2018 - 16/10/2018
Digital Industry Summit
18/10/2018 - 18/10/2018
Les Assises du MES
23/10/2018 - 24/10/2018
Enova Paris

Capteurs et transmetteurs
Proline Promag P 100 et Proline Promass P 100

Le Promag P 100 est destiné aux applications chimiques et de process avec liquides corrosifs et températures [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
  • Logiciel d'ingénierie
 Logiciel d'ingénierie

    Siemens a ajouté des extensions fonctionnelles à son outil d'ingénierie TIA Portal V15.1. Celles-ci sont axées sur les tests et les simulations.

    Lire la suite >
  • Kit de développement pour caméras 3D Kit de développement pour caméras 3D
    IDS Imaging Development Systems diffuse la version 2.2 du kit de développement logiciel (SDK) pour ses caméras 3D Ensenso. Il offre un traitement d'image plus efficace, basé sur une carte graphique Nvidia CUDA (Compute Unified Device Architecture) avec processeur graphique (GPU).
    Lire la suite >
  • Camera intelligente Camera intelligente
    La caméra intelligente Neon-1021 x86 d'ADlink Technologies intègre différents logiciels de vision, permettant de choisir le mieux adapté et de profiter d’un éventail de fonctions très étendu.
    Lire la suite >
Boundary Scan
La technique “boundary scan” (balayage de la périphérie) est pratique pour accéder individuellement aux circuits intégrés numériques présents sur une carte électronique. Les différentes broches des composants et les différents composants sont raccordés sur un bus spécialisé (Boundary Scan) accessible depuis le connecteur de la carte. Cette technique permet de réaliser de la programmation in-situ de composants (mémoires et micro-contrôleurs) et de tester ces composants. Le gros intérêt du Boundary Scan est d’éviter de recourir au traditionnel lit à clous, encombrant, peu flexible (il faut en développer un pour chaque type de carte à tester) et coûteux. Revers de la médaille, cette technique impose d’utiliser des versions Boundary Scan des composants classiques, qui nécessitent plus de surface sur le silicium et sont donc plus onéreuses.
Le terme Boundary Scan est également connu sous le nom de JTAG et il fait l'objet d'une norme (IEEE 1149.1).