National Instruments renforce LabView NXG

Rédigé par  vendredi, 02 février 2018 14:04

La version 2.0 introduit en effet de nouvelles fonctionnalités, telles que WebVI ou SystemDesigner.

Huit mois seulement après avoir mis sur le marché la version 1.0, l’américain National Instruments, spécialiste des systèmes de test basés sur plates-formes, vient de lancer la version 2.0 de LabView NXG, la version du logiciel de conception de systèmes LabView de nouvelle génération.

« Avec les tout derniers développements, je peux intégrer de nouveaux modes de visualisation des données dans mes applications LabView existantes, à savoir une interface utilisateur graphique vectorielle sur le bureau ou l'affichage dans un navigateur pour bénéficier d'un hébergement sécurisé, et ainsi simplifier la création de rapports de résultats de tests », explique Brian Hoover, architecte de logiciels de tests chez Samsung SDI.

La version 2.0 introduit de nouvelles fonctionnalités, telles que WebVI ou SystemDesigner. Le WebVI fournit désormais un type d’instruments virtuels (VI) qui permet de construire des interfaces utilisateurs web déployables sur tous les navigateurs (PC, tablette ou smartphone) et qui ne requiert aucun plugin ou installeur.

La fonction SystemDesigner, elle, permet d'écourter le temps de configuration du matériel du fait de la reconnaissance automatique du matériel connecté, de l'affichage des drivers installés et des liens redirigeant vers les drivers d'instruments du constructeur et de tiers s'ils ne sont pas encore installés.

LabView NXG 2.0 étend, par ailleurs, le support matériel à des milliers d'instruments ainsi qu'à l'instrumentation PXI haute performance de l’américain et fournit également des capacités de programmation, notamment la programmation et l'intégration orientées objets avec le logiciel de gestion de tests TestStand.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

20/11/2018 - 21/11/2018
Be 4.0
27/11/2018 - 27/11/2018
Automation Class Factory

Capteurs et transmetteurs
Proline Promag P 100 et Proline Promass P 100

Le Promag P 100 est destiné aux applications chimiques et de process avec liquides corrosifs et températures [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
RAID

Redundant Array of Independent Disks, batterie redondante de disques durs indépendants. A la fin des années 1980, RAID signifiait “Redundant Array of Inexpensive Disks”, c’est-à-dire batterie redondante de disques économiques. C’était à l’époque où les gros disques d’ordinateurs étaient onéreux. Les temps ont changé et c’est la raison pour laquelle le terme Inexpensive a été remplacé par Independant. Le but des RAID est d’augmenter la performance ou de fournir une tolérance aux pannes. Développé à l’origine pour les systèmes de stockage, les Raid ont vu leurs applications s’élargir et sont désormais présents sur les PC. Le concept Raid peut être mis en œuvre avec un disque unique et à l’aide d’un logiciel spécialisé, mais les performances sont moindres qu’avec des Raid multi-disques, surtout lorsqu’il s’agit de restituer les données après une défaillance.
Raid améliore les performances des disques en interpénétrant les octets ou les groupes d’octets à travers plusieurs disques, de sorte qu’au moins deux disques sont en train de lire et d’écrire simultanément. La tolérance aux pannes est réalisée en utilisant la technique du disque miroir (duplication totale des données) comme dans RAID 1 ou en utilisant les bits de parité comme dans RAID 3 et RAID 5. Les bits de parité sont calculés en prenant un bit du disque 1 et en le combinant (fonction OU exclusif) avec un bit du disque 2, et en stockant le résultat sur le disque 3. Un disque défaillant peut être remplacé à chaud par un autre, le contrôleur RAID se charge de reconstituer les données perdues.

  • RAID 0. Les données sont réparties sur plusieurs disques de façon à améliorer la performance. Il n’y a pas de protection contre les pannes.
  • RAID 1. Les données sont toutes écrites en miroir sur deux disques distincts. Solution qui offre la meilleure fiabilité mais double le coût du stockage.
  • RAID 2. Les bits (plutôt que des octets ou des groupes d’octets) sont répartis sur plusieurs disques.
  • RAID 3. Les données sont réparties sur trois ou davantage de disques. Tous les disques travaillent en parallèle, ce qui assure une vitesse de transfert très élevée. Les bits de parité de parité permettent de reconstituer les données en cas de panne de l'un des disques physiques.
  • RAID 4. Similaire au Raid 3 mais chaque disque est géré indépendamment. Peu utilisé.
  • RAID 5. Le plus largement utilisé. Les données sont réparties sur trois ou davantage de disques afin d’augmenter les performances, et les bits de parité sont utilisés pour la tolérance aux pannes. Les bits de parité permettent de reconstituer les données en cas de panne de l'un des disques physiques.
  • RAID 6. Le plus fiable mais il est peu utilisé. Similaire à RAID 5, mais ici le contrôleur effectue les calculs de deux bits de parité différents, ou le même calcul sur deux sous-ensembles de données qui se chevauchent.
  • RAID 10. Combinaison de RAID 1 et RAID 0. RAID 0 est utilisé pour la performance et RAID 1 est utilisé pour la tolérance aux pannes.