Yokogawa Electric se renforce encore en bio-analyse

Rédigé par  mercredi, 13 mai 2020 10:22

Le rachat de Fluid Imaging Technologies apporte une technologie d'imagerie de flux à l’activité d’analyse cellulaire du groupe japonais.

Le japonais Yokogawa Electric, fabricant de systèmes de contrôle et d'instrumentation de process, enchaîne ces dernières semaines les annonces. Après notamment les rachats d’APB et de Grazper Technologies, le japonais vient en effet d’annoncer l’acquisition de l’américain Fluid Imaging Technologies, pour un montant non dévoilé.

La société américaine, créée en 1999 et employant 28 personnes à Scarborough dans le Maine, est spécialisée dans les instruments d'imagerie de flux, qui combinent les caractéristiques des microscopes traditionnels, utilisés pour l'observation des cellules, et celles des cytomètres de flux, mis en œuvre dans l'analyse à grande vitesse des cellules sanguines en suspension dans un milieu liquide.

Les domaines d’application de ces instruments d'imagerie, de mesure, d'analyse et de comptage des particules dans les échantillons liquides sont la recherche marine, l’approvisionnement et la gestion des eaux municipales, ainsi que les industries telles que la biopharmacie, la chimie, le pétrole et le gaz, l’agroalimentaire, etc.

Yokogawa Electric renforce ainsi une nouvelle fois son activité d’analyse cellulaire, après le rachat de la technologie de nanopipettes de l’américain BioStinger. « La combinaison de notre instrumentation d'imagerie de flux de Fluid Imaging Technologies avec les capacités en ingénierie optique, en logiciels d'intelligence artificielle et en distribution de Yokogawa Electric accélérera le positionnement de notre système FlowCam », indique Kent Peterson, président et CEO de Fluid Imaging Technologies.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

16/06/2020 - 17/06/2020
Journées de la mesure 2020
23/06/2020 - 26/06/2020
SITL

Capteurs et transmetteurs
Proline Promag P 100 et Proline Promass P 100

Le Promag P 100 est destiné aux applications chimiques et de process avec liquides corrosifs et températures [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Nathalie HEURLIN
Chef de publicité
n.heurlin@mesures.com - 02.98.27.79.99
Ko
Kilo-octets. Un octet est égal à 8 bits. Le bit est un élément binaire, qui peut prendre deux états (0 ou 1). Les termes de Kilo et Méga utilisés dans le système binaire ne doivent pas être confondus avec ceux utilisés dans le système décimal.
Dans le système décimal, 1 kilo est égal à 1000 et 1 méga est égal à 1000 kilos soit 1 million. Pour mieux fixer les idées sur la taille d’une mémoire, on a décidé de transposer dans l’univers binaire ces notions de kilo et méga (en mettant une majuscule, pour faire la différence). Le point de départ a été 1 Ko : le nombre binaire qui était le plus proche du kilo “décimal” était 1024 (2 puissance 10, donc 210).
Tout part de là. Par exemple, 64 Ko est égal à 64x1024 octets, soit 65536 octets (on s’éloigne du 64 kilos décimal), 128 Ko est égal à 131072octets (on est loin du 128 kilos décimal), etc. Un Mo représente 1024x1024 octets soit 1 048 576 octets. Un Go représente 1024x1024x1024 octets, soit 1073741834 octets. En résumé, les Kilos, Mégas, Giga (et même Téras) binaires sont, pour les deux premiers chiffres, du même ordre de grandeur que les kilos, mégas, gigas et téras décimaux.