A+ Métrologie tombe dans l'escarcelle de Trescal

Le 13/12/2017 à 17:00  

D epuis plusieurs mois, la cession d'A+ Métrologie était un secret de Polichinelle, mais l'annonce du repreneur se faisait attendre… jusqu'au 31 octobre dernier où le groupe françaisTrescal a officiellement acquis A+ Métrologie,pour un montant non dévoilé.« Depuis le mois de mai 2017, le groupe français Apave souhaitait en effet vendre sa filiale, pour se recentrer sur ses marchés. Cette acquisition représente un intérêt stratégique, car nous complétons encore nos accréditations et notre position géographique. Le principe de notre offre de services est basé sur la proximité avec nos clients »,confirme François Moïse, directeur général délégué deTrescal.

Si ce nouveau rachat s'inscrit dans la stratégie de croissance externe du groupe français ( voir encadré ), il représente toutefois une évolution majeure sur le marché français. Créée en 2000, A+ Métrologie compte 14 laboratoires multi-grandeurs répartis sur le territoire national (Bièvres et Roissy-en-France, Belfort et Mulhouse, Bollène et La Ciotat, Bordeaux, Bourges, Cherbourg,Lille,Lyon,Nantes, Rouen,Tarbes etToulouse).La société emploie 320 personnes, dont 250 ingénieurs et techniciens,pour un CA de 27 millions d'euros en 2016. « Il s'agit de l'entreprise la plus importante en termes de taille que nous ayons achetée jusque-là. Le groupeTrescal regroupera alors au total plus de 30 laboratoires,pour un effectif de 870 personnes, rien qu'en France » ,précise François Moïse. D'aucuns peuvent s'interroger sur un éventuel monopole du marché français de l'étalonnage et de la maintenance parTrescal,mais « il existe plus de 200 laboratoires accrédités en France, qu'ils soient indépendants ou intégrés à une entreprise. On ne peut donc pas parler de monopole »,répond François Moïse.

Il s'agit de l'entreprise (A+ Métrologie) la plus importante en termes de taille que nous ayons achetée jusque-là. ” François Moïse, directeur général délégué de Trescal

Changement de propriétaire en vue

Au niveau mondial,le groupe emploie près de 3000 personnes, réparties notamment dans 110 laboratoires et 21 pays différents, pour un chiffre d'affaires de 270 M en 2016. « La volonté de notre CEO OlivierDelrieuesttrèsclai-rement de développer le groupe en Amérique du Nord et du Sud,ainsi que, de plus en plus en Asie », affirme François Moïse. Le groupe français est par ailleurs sur le point d'être racheté par le fonds de pension canadien Omers PE. L'activité dédiée àl'investis-sement du fonds de pension canadien Omers Private Equity est en effet entré en négociations exclusives avec Ardian, société d'investissement indépendante propriétaire de Trescal, en vue de prendre son contrôle.Latran-saction valoriserait la société à un montant d'environ 670Me,sachant que l'équipe dirigeante deTrescal réinvestirait aux côtés d'Omers Private Equity.

Les rachats se sont enchaînés en 2017

l En novembre 2017, c'est au tour du brésilien Teclabor de rejoindre le groupe français Trescal. Fondé en 1985 et situé à Recife, ce laboratoire accrédité emploie 30 personnes pour un chiffre d'affaires de 3,3 millions de reais brésiliens (environ 1M€).

l En novembre 2017 toujours, le rachat du malais Pyrometro Services permet au groupe français de renforcer sa présence géographique en Asie du Sud-Est. Créés en 1992 à Kuala Lumpur, les quatre laboratoires accrédités regroupent 168 personnes pour un chiffre d'affaires de 15 millions de ringgit malaisiens (environ 3 M€).

l En mai 2017, Trescal rachète le laboratoire américain Acucal, situé à Manassas en Virginie et employant 40 personnes pour un chiffre d'affaires de l'ordre de 5,3M$. l Et n'oublions pas non plus les

rachats de l'allemand Gebhardt Instruments, du canadien Digital Measurement Metrology (DMM), du singapourien L3M Technologies et de l'américain Exphil Calibration Labs, respectivement aux mois d'avril, de mars, de février et de janvier de cette année.