Avec Le Rapprochement De L'ute Et De L'afnor, La France Ne Parle Plus Que D'une Seule Voix

Le 01/02/2014 à 17:00
default-image-3103

D epuis le 1 er janvier 2014, l'Association française de normalisation (Afnor) est devenue le seul et unique membre représentant la France dans les organisations de normalisation des filières générale et électrotechnique, au niveau européen (Comité européen de normalisation électrotechnique, ou Cenelec) et international (Commission électrotechnique internationale, CEI ou IEC, International Organization for Standardisation , ou ISO). « Il s'agit en fait du résultat du transfert des activités opérationnelles et des équipes associées de l'UTE [Union technique de l'électricité, NDLR] ,soit une quarantaine de personnes, au sein de l'activité de normalisation de l'Afnor (1) .Cerapprochement répondait à l'objectif partagé avec les Pouvoirs publics de disposer d'une voix française plus forte à l'international », explique Olivier Peyrat, directeur général du groupe Afnor.

90 % de normes internationales

Rappelons que le système français de normalisation en vigueur s'inscrit dans le cadre d'un décret publié en juin 2009 et ayant modifié celui de 1984.La normalisation et sa promotion sont assurées par l'Afnor et par les organismes délégués par l'association et agréés par le ministère du Redressement productif, comme bureaux de normalisation sectoriels, ce qui était le cas de l'UTE jusqu'à la fin de l'année dernière pour le domaine électrotechnique (les composants, produits, systèmes et services liés à la production, au transport, à la fourniture, à la distribution et à la gestion de l'énergie électrique, ainsi qu'à tous les usages de l'électricité quels que soient les niveaux de tension et de courant).

Olivier Peyrat, directeur général du groupe Afnor : «Tous ces efforts de cohérence et de pertinence sont essentiels dans un contexte de rude compétition face à des pays comme la Chine ou le Brésil. »

DR

« Il faut quand même savoir, précise Olivier Peyrat, que 90 % des normes publiées en France sont aujourd'hui issues d'instances internationales et que seulement 1 % des normes sont rendues d'application obligatoire, du fait de la réglementation française.» Pour l'année 2012, 1942 documents ont été publiés par l'Afnor, dont 60% étaient des révisions, et 1543 normes ont été, dans le même temps, retirées des collections.Les normes ne sont toutefois plus seulement orientées du côté de l'offre;elles couvrent de plus en plus des enjeux mondiaux horizontaux, notamment dans la gestion de l'énergie, les véhicules électriques, la silver économie, la santé (le cœur artificiel bioprothétique Carmat, par exemple), les villes intelligentes et durables…

S'armer face à des enjeux mondiaux horizontaux

« Les électriciens ont été les premiers à percevoir cette vision internationale des enjeux et la convergence entre les différents secteurs.Et l'expérience (2) leur a montré que la compétitivité au niveau mondial est directement liée à la capacité d'influence sur l'élaboration des normes. L'aspect pluridisciplinaire qu'apporte désormais le rapprochement entre l'UTE et l'Afnor va donc jouer pleinement dans la synergie entre filières pour répondre aux nouveaux enjeux, ce qui passe aussi par la continuité des travaux menés jusque-là par les représentants de l'UTE », constate Olivier Peyrat. En plus de la mise en place d'un processus simplifié et plus pertinent (consultation unique des parties prenantes et non à la fois par l'UTE et l'Afnor), l'association mise également sur un travail plus facile dans les régions, sur l'amélioration de la promotion des normes…

Si l'Afnor renforce ainsi sa position de numéro 2 sur le plan européen et de numéro 3 à l'international, l'UTE continuera à exister en s'orientant vers un travail plus prospectif. Les parties prenantes trouveront ainsi un lieu d'échanges sur les grandes tendances à venir, en amont de la définition et de la rédaction des normes. «Tous ces efforts sont essentiels dans un contexte de compétition rude face à des pays comme la Chine ou le Brésil. Être proactif, c'est ce que les Allemands ont réussi à mettre en place, le pays se positionnant comme le numéro 1 en termes de responsabilité », insiste Olivier Peyrat.

(1) L'autre activité de l'Afnor concerne l'édition des normes.

(2) L'UTE a été fondée en 1907 pour représenter, en tant que Comité électrotechnique français, les acteurs économiques nationaux de l'électricité à l'IEC puis au Cenelec. Le comité regroupe toutes les organisations concernées par la normalisation électrotechnique (fabricants, intégrateurs, opérateurs, installateurs, prestataires, exploitants, consommateurs, pouvoirs publics), soit environ 1 500 experts engagés dans les travaux internationaux, européens et nationaux.