Commentl'automatisme le goût de bouchoncontribueàéliminer

Le 22/11/2016 à 0:00  

Les automates X20 contrôlent au total 32 nœuds d'entrées/sorties via des réseaux Powerlink en anneau. Les automates de sécurité X20 assurent l'exécution des fonctions SIL 2.

P armi les défauts susceptibles d'affecter le vin en bouteille, le goût de bouchon est l'un des plus communs. Pour éradiquer ce risque, des alternatives au bouchon de liège comme les bouchons synthétiques se sont développées, sans pour autant s'imposer. De plus, les bouchons synthétiques sont totalement inadaptés pour les vins de garde, car ils ne permettent pas les échanges gazeux. Pour tirer profit des avantages du liège tout en éliminant ses inconvénients, le fabricant de bouchons en liège Diam Bouchage a effectué un programme de recherche avec le CEA pour extraire les composés volatiles du liège et ainsi éliminer le risque de goût de bouchon (et également 150 molécules aromatiques indésirables). Ces travaux ont débouché sur le procédé breveté et innovant Diamant, un procédé d'extraction utilisant le CO2 supercritique comme solvant.

Les applications industrielles du CO2 supercritique en tant que solvant sont multiples : décaféination du café, extraction d'huiles essentielles, élimination de contaminants, extraction d'arômes, etc. Grâce au procédé Diamant, Diam Bouchage est la première entreprise à utiliser le CO2 supercritique pour la purification du liège. Les bouchons en liège ainsi traités ont rencontré un tel succès auprès des viticulteurs que l'entreprise vient de construire à Céret, près de Perpignan, une nouvelle usine dédiée à la purification du liège, la troisième après ses deux usines espagnoles. Exploitée depuis juillet 2015, cette nouvelle usine purifie plus de 3600 tonnes supplémentaires de farine de liège : la capacité de production de Diam Bouchage est ainsi passée à 2 milliards de bouchons, soit 10% de la production mondiale de bouchons en liège. Outre la purification, toutes les autres étapes de la fabrication de ces bouchons technologiques – moulage, formage, marquage, habillage, finition – sont également réalisées au sein de l'entreprise. Diam Bouchage a confié la réalisation de l'unité de purification à son partenaire historique Natex, un constructeur autrichien spécialisé dans la mise en œuvre des procédés d'extraction par fluide supercritique.

Parmi les défauts susceptibles d'affecter le vin en bouteille, le goût de bouchon est l'un des plus communs. Pour éradiquer ce problème, Diam Bouchage a développé et breveté un procédé innovant nommé Diamant, qui utilise les propriétés du CO2 supercritique pour purifier le liège.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap