Contrôle dimensionnel: l’interférométrie homodyne retrouve ses lettres de noblesse

Le 01/04/2006 à 0:00  
default-image-3103

Si l’interférométrie laser est désormais considérée comme une méthode de référence dans les applications de mesure dimensionnelle, elle a longtemps souffert d’un manque de reconnaissance. Limités par l’électronique de l’époque, les premiers systèmes homodynes manquaient de stabilité et de robustesse. Pour pallier ces limites, on leur a longtemps préféré les systèmes hétérodynes, plus stables mais aussi plus complexes à mettre en œuvre. Mais les progrès accomplis ces dernières années dans l’électronique ont changé la donne. Pour Louis Gonzalez, directeur de Renishaw, il est temps de mettre un terme aux idées reçues et de prouver que les interféromètres homodynes offrent désormais des performances égales, voire supérieures, à celles de leurs concurrents légendaires.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap